epanorthose: (P: noir!Olivia)
Dans cette histoire que j'aime imaginer tandis que j'appuie la tête contre la vitre du RER, il y a des personnages qui ont des noms d'étoile... Et vous savez qui a également des noms d'étoiles ? La famille Black/Malfoy ! Bien sûr, Rowling ne détient pas les droits sur les noms des étoiles, mais vous avouerez que c'est un peu délicat d'appeler un personnage Sirius ou Bellatrix. Et flûte !

En parlant d'étoiles, j'ai revu la série CDZA ce matin. Et qu'est-ce que j'ai ri ! Mais aux éclats et au point de devoir faire pause. Je suis vraiment très admirative du boulot abattu par l'auteur de la série. Et puis ce qui est génial, c'est que l'écriture est tellement dense qu'à chaque visionnage, tu repères une nouvelles blague, un nouveau jeu de mots, une nouvelle référence. Je crois que mon personnage préféré est Shun. C'est déjà le cas dans la série originale, mais même dans cette parodie, il reste mon perso préféré, pour des raisons totalement différentes. Et j'ai un peu l'impression que c'est également le préféré de l'auteur : après Seyar, c'est celui qui parle le plus. C'est peut-être pour ça que c'est celui qui me fait le plus rire.
Dans un commentaire, quelqu'un disait qu'il avait d'abord connu CDZA avant CDZ et, de ce fait, ne pouvait plus prendre la série originale au sérieux. Je le comprends.

Pour en revenir à HP, j'ai deux fics en cours, mais plus le temps passe et plus j'ai le sentiment (la certitude ?) que je ne les mettrai plus à jour. Plus avant longtemps en tout cas. C'est un peu con parce que j'ai des brouillons vachement avancés pour la suite des deux. Pour chacune, ce ne serait l'affaire que d'une semaine face à l'écran pour arriver à quelque chose. Mais chaque fois que j'ouvre le document, que je relis ce que j'écris puis que j'arrive au moment où je dois poser mes doigts sur le clavier, je pousse un long soupir et referme le document. Dans le même genre, j'ai un bonus de l'Hydre pas mal échafaudé. Un chapitre qui donnerait une conclusion, grandement méritée, à Harry. J'ai deux nouveaux personnages qui me chauffent un peu les doigts, une idée qui pourrait être intéressante d'amener dans le monde de HP... Mais non, je soupire.
epanorthose: (H: not pleased)
Il y a un moment, il faut savoir admettre la défaite et renoncer. Visiblement, ce n'est pas cette nuit que je dormirai. Tant pis. Je vais essayer de mettre tout ce temps de veille à profit : et si je tentais de m'approcher de la fin de ma fic ? Working title : Témoin. Mais j'aimerais bien changer en quelque chose comme Celui qui.... Celui qui quoi ? Je ne sais pas encore. On verra. J'ai le temps.

Sinon, dans le genre Oops, I did it again.... J'ai découvert que cette nouvelle fic contenait deux de mes thématiques habituelles (j'avais noté "trois", mais je n'arrive pas à retrouver la troisième...). Il faut que j'arrête d'écrie sur Sirius. Définitivement.

D'ailleurs, je ne suis pas certaine que ce Sirius plaise des masses. Sans dire qu'il est à contre courant (loin de là ! et je n'ai pas cette prétention) de ce qui se fait faisait sur le fandom, il n'en a pas les caractéristiques habituelles (*). En particulier, il n'a pas vraiment de conscience politique. Il ne se préoccupe pas vraiment de ce qui se passe en dehors de la sphère de sa vie intime (lui et ses amis proches et parfois ses amours passagères). Ce Sirius est en fait assez égoïste. Il faut que les choses deviennent vraiment personnelles pour le faire vraiment réagir. Et alors il peut devenir féroce et vicieux.
(note : trop de vraiment dans ce paragraphe !)

D'ailleurs, j'ai failli fridger un personnage féminin. J'ai développé un peu plus son parcours pour éviter cet écueil et insister sur le fait que ce n'était pas pour elle que Sirius rejoignait l'Ordre mais qu'elle était la dernière goutte qui faisait déborder le proverbial vase.


----
(*) Pour Cinq pas..., j'avais décidé de présenter Sirius comme un garçon un peu intimidé par un tête-à-tête avec la fille dont il était amoureux, qui avait du mal à trouver ses mots. Un certain nombre de lecteurs avaient réagi dans les reviews : ça allait à l'encontre du canon du fandom, ça leur faisait bizarre, mais non, en fait Sirius c'est trop un charmeur, alors... Ou est-ce qu'il est écrit que les charmeurs ne perdent pas leurs moyens face à une personne qu'ils aiment vraiment ? Où il est écrit que parfois les charmeurs se trouvent désarmés face au sourire de l'être qu'ils aiment ? C'est pas du romantisme gnan-gnan, juste que si on écrit des fics, c'est pour contrevenir au canon et s'éloigner du verbe de l'auteur. Ce n'est donc pas pour se ranger à la façon que le fandom (masse informe et anonyme) a décidé de valider le double fandomesque d'un personnage, merci bien.
epanorthose: (H: you've been psyched !)
Il m'aura fallu 14 ans (!!) pour découvrir que les Mangemorts n'avaient pas des capuches comme les membres du KK Clan.

J'ai toujours cru que les films avaient tenté de rendre plus classes et flippants les Mangemorts en leur ajoutant des masques. Parce que dans mon esprit il était hyper clair que c'était des cônes pointus de tissu qu'ils avaient sur la tête. Avec deux trous pour les yeux.

Et en fait, non.

Bon.

Mieux vaut tard que jamais.

En même temps ça m'arrange : mon mangemort va pouvoir cracher à la tronche de son ennemi. Yeah.
epanorthose: (Default)
J'ai fait un tour dans mes dossiers. Et j'ai retrouvé une fic sur les Maraudeurs vachement plus avancée que je ne pensais. C'est un one-shot. Post-Poudlard. Et je ne pense pas qu'il y a un élément novateur dans cette fic. Ca n'apporte vraiment rien aux personnages, à l'histoire. Mais c'est là, presque fini. Et je ne sais pas trop quoi en faire.

En parlant de HP. Rowling a balancé une nouvelle bombe. Finalement, elle regrette d'avoir mis Hermione et Ron ensemble. Tout cela aurait dû finir en un Harry/Hermione. Vous savez quoi ? Ce qui m'amuse vraiment dans cette déclaration, c'est qu'elle revient sur cette idée stupide que Ginny est la femme parfaite pour Harry. Et invalide ainsi à tout jamais ce personnage totalement insipide et affreusement écrit. Parce que oui, sept ans plus tard, il y a toujours trois choses que je ne pardonne pas à Rowling. Et pas parce qu'elle a fait mal à mon perso préféré (Sirius n'est pas mon perso préféré, il n'est même pas mon Maraudeur préféré !) ou qu'elle n'a pas respecté mon OTP (pfff ! ça fait longtemps que je ne m'offusque plus de ces détails). Mais parce que ce sont d'affreuses décisions scénaristiques.

1. Sirius. Désolée, je ne comprends toujours pas la nécessité a) de le faire mourir, b) de cette manière, c) sans que rien n'ait été jamais résolu. J'aurais même préféré un sacrifice à la con.

2. Ginny. Ce personnage est écrit avec un tabouret et un pic à glace. Je ne vois pas d'autre explication. Et outre le fait qu'elle est absolument insupportable, sa seule storyline raconte comment elle devient la petite amie du sauveur. Même Lana Lang est plus intéressante. Et pourtant, Lana Lang est sacrément chiante.

3. Snape. Ce personnage est odieux et je refuse l'idée que parce qu'il crève on doit oublier tout le mal qu'il a fait. Et qu'en plus Harry donne son nom à son fils. WTF ? Je peux comprendre que Leia donne à son fils le prénom de son père (idée qui aura pour conséquence la mort dudit fils soit dit en passant) : c'est son père. Mais Harry ? Sous prétexte que Lily ne voulait pas de lui comme petit ami, il rejoint la bande des encapuchonnés, les gars même qui veulent la mort de l'amour de sa vie. Il oeuvre à détruire sa famille, ses amis. Et une fois qu'il a réussi. Il pourrit la vie de son fils. Il est odieux avec tous ses élèves, se permet des propos ignobles, discrimine sans la moindre honte. Et il faudrait que je sois désolée pour lui ? Et il faudrait que je compatisse à son sort parce qu'il était amoureux ? Mais que dalle ! Je ne l'aimais déjà pas beaucoup, mais depuis que je suis prof, je n'éprouve qu'aversion pour ce personnage. Et au passage, j'ai du mal avec Dumbledore qui ferme les yeux sur tous ses écarts de conduite. C'est pas l'EN. Dumbledore peut virer qui il veut, quand il veut. Pas besoin de protéger un con pareil.

Je n'aime pas Snape. Je n'aime pas Ginny et le fait que l'auteur les considère comme des héros me hirsute le cheveu. Je ne suis pas fan de Sirius, mais le fait que l'auteur le rabaisse sans cesse me révolte un peu. Parce que le connard de Mangemort responsable de la mort de son ex meilleure amie et mari, de gamins terrifiés, il mérite notre pitié. Mais le gamin qui s'est rebellé contre sa famille, qui oui a été un ado con, lui par contre, il peut mourir derrière un rideau aviné jusqu'au fond des yeux. Bad dog !

...

Honnêtement, je ne sais pas d'où sort ce rant. Ce n'était pas du tout prévu quand j'ai ouvert Semagic. Weird. Je dois trop traîner sur Tumblr.

Qu'est-ce que je voulais dire à l'origine ?

...

Je crois que je voulais parler de mes collègues. Mais j'ai perdu le fil.

Bon, je sais ce que je vais faire, un peu de social media ! Où me trouver sur d'autres plateformes :

tumblr : je m'en sers surtout pour faire tourner des posts sur le féminisme et le sexisme, des .gif amusants ou déchirants sur les alléas de mes personnages préférés du moment, des images et informations insolites. Parfois j'écris des trucs dans un français lacunaire ou un anglais butcherisé.

trakt : c'est le lieu où j'enregistre et note tous les films que je vois. Je regrette que le site soit exclusivement en anglais. Je n'ai pas un niveau suffisant pour faire des reviews.

goodreads : c'est le lieu des bouquins que je lis. Ou que je souhaiterais lire un jour. Peut-être.

J'ai un twitter, mais je ne suis pas sûre que ce soit très intéressant de le donner, car à part répondre au #wolfsignal et au #batsignal de mes fellow Avengers, je n'y fais pas grand chose.

J'ai un compte Pinterest mais je n'y fais pas grand chose non plus. Je crois que je n'ai pas dû me loguer depuis plus de cinq mois...
epanorthose: (H | :D)
Elementary, 1x18.

Cette série continue de me ravir au plus haut point.

Sherlock continue d'enseigner à Watson l'art d'enquêter. Et, contrairement, aux autres versions, c'est un projet réel. Il l'accompagne, sans interférer, proposant son aide, mais jamais imposant, l'aidant à se focaliser sur ses succès et lui apprenant à se servir de ses erreurs. C'est un véritable professeur, qui oeuvre avec pédagogie et respect. Je suis incroyablement fan.

Dans les autres versions, Sherlock explique toujours comment il est arrivé à ses conclusions. Parfois, c'est avec un agacement non contenu (comment avez-vous fait pour rater l'évidence ?) ; parfois, une façon de se mettre en avant (je suis tellement génial d'avoir pu retracer la journée du bonhomme grâce à une marque de pas). Et il considère que c'est suffisant pour passer maître dans l'art de l'enquête (Le Cycliste solitaire, Sherlock Holmes: A Game of shadows). Et, maintenant, Watson mène l'enquête ! Tu m'as souvent vu faire, c'est à ton tour. Bien évidemment, Watson se plante : il n'a jamais pratiqué. Théorie et pratique, deux choses bien distinctes. Un échec programmé, voire orchestré, que Sherlock tourne en plus en ridicule.

Tout ce que j'espère maintenant, c'est qu'il ne va pas venir à l'idée des scénaristes de commencer une romance entre Sherlock et Joan. Je n'étais déjà pas bien chaude à la base, mais maintenant qu'il est son mentor, je refuse catégoriquement. Les relations professeur/élève sont un total anti-kink pour moi. Pour le moment, Joan et Watson ont une relation professionnelle et amicale et les indicateurs laissent présager que l'on devrait continuer dans cette voie. Mais je me méfie. J'ai regardé The X-Files, Bones, CSI, House et la romance finit toujours par arriver. Parfois, je l'encourage, mais là, vraiment, non. Juste, non.

NON.


Puisque je parlais de relations professeur/élève.



Ce n'est pas une confession, puisque c'est un sujet que j'ai déjà développé plus d'une ou deux fois. J'écoute et apprécie la Teen Pop. Qu'est-ce que j'appelle la Tean Pop ? Ces chansons chantées par des ados pour des ados. Quand j'ai le moral un peu bas ou que j'ai envie de courir, c'est ce que je me mets dans les oreilles. Selena Gomez, Demi Lovato ou Miley Cyrus m'accompagnent dans mes petites foulées au parc. Ou lorsqu'il faut aller au bahut et que le coeur n'y est pas trop.

"I can't be tamed" de Miley Cyrus est une chanson pour laquelle j'ai une étrange affection. Je crois que c'est l'image du grand oiseau dans la cage qui s'échappe et fait fuir les richards. J'ai dans un dossier empoussiéré une histoire de grand oiseau dans une cage. Il y a aussi le fait que cette chanson va comme un gant à Max (Dark Angel) et que je rêve de m'en servir pour faire un montage vidéo.

La chanson dans la fanvid HP est un peu modifiée, mais j'adore le montage. J'adore l'idée : les gamins de Poudlard sont une force vive qu'on ne peut pas contrôler, qu'on ne peut pas modeler. L'esprit doit être critique face aux modèles qu'on cherche à nous imposer et rebelle quand nécessaire. Go students of Hogwart !
epanorthose: (H: you've been psyched !)
En surfant sur Goodreads, j'ai découvert qu'un des ebooks les plus téléchargés était James Potter and the Hall of Elder's Crossing.

James Potter comme le fils aîné de Harry Potter.

Non, Rowling n'a pas repris le clavier et oublié de nous l'annoncer en grandes pompes et escarpins Louboutin. Il s'agit d'une série fanmade de trois histoires mettant en vedette le premier fils de Harry. Une fanfiction, donc. Avec un site, une petite animation pour présenter le dernier opus écrit (tome 3) et les trois tomes illustrés en format .pdf. Et une entrée sur Goodreads.

Sérieux. La fanfiction qui rend jalouse toutes les autres fanfictions.

...

(Une entrée sur Goodreads, quoi !)

13 juillet

Jun. 30th, 2011 10:26 pm
epanorthose: (H | :D)
Ce soir, tandis que j'attendais le métro, j'observais Harry et Voldemort qui se faisaient face, baguettes tendues, airs décidés. Le treize juillet, les prolongations s'achèvent pour de bon.

Et alors que j'essayais de rassembler mes pensées et mes souvenirs, j'ai vu deux jeunes filles s'arrêter devant l'affiche. L'une a sorti un appareil photo, tandis que l'autre a pris une pose devant l'affiche de Harry.

Flash. Photo.

Elles souriaient de toutes leurs dents, quelque part coincées entre embarras et contentement. A personne en particulier, aux gens en face, à Rowling à l'autre bout du monde et aux personnages qui vont se battre une dernière fois. Alors, de mon quai, je leur ai rendu leurs sourires. L'une l'a vu et a souri de plus belle. A ma gauche, il y avait deux autres filles qui observaient la séance photo souriant et chuchotant.

Allez, les filles ! Je crois que personne ne vous en veut et qu'on était même plusieurs à vous comprendre sur le quai d'en face.
epanorthose: (H | :D)
Parce qu'à presque trois heures du matin, on a tous besoin d'une vidéo qui chante les quatre Maisons de Hogwart.




...et toutes les autres "music videos" de Ministry of Magic sur HP
epanorthose: (H | evil lol)
Je viens de découvrir que sur ffnet, il y a une entrée personnage pour le miroir du Rised.

Bon.

D'accord.

Mais dans ce cas, je veux une entrée sur la baguette de Harry. Et la fic qui va avec.

(Et la moto de Sirius.)
epanorthose: (P: the magnificent Dean)
-« Un rendez-vous au ciné avec Séverus contre le clébard. »Proposa Lucius.

Cela fait quelques tentatives écrites par [livejournal.com profile] taraxacumoff que je lis, amusée, mais la réplique de Lucius a déclenché un véritable fou rire.

18 tentatives et quelques bis raconte les essais foireux, manqués, ratés du mirifique trio Lucius, Severus, Draco pour sortir Sirius de l'arche. C'était ça ou Azkaban. Voire pire. Ce fut donc "ça". Entre incompétence, malchance, déveine et mauvais hasard, les échecs s'accumulent. Le texte n'est pas dénué d'un certain humour (j'ai envie de dire qu'il y a une certaine influence pratchettienne, mais je ne suis pas experte), les chapitres sont courts. Un texte qui convient tout à fait à une fin de mercredi.


bonus point : y a des mots tout vieux, tout beaux.
exemple : "godelureau".
epanorthose: (H: :))
Why, oh why a-t-il fallu autant de temps pour que j'entende parler de cette fic ?



Les jumeaux ont lancé un pari à la con sous serment magique et maintenant toute l'équipe de Quidditch de Gryffondor doit jouer le prochain match de Quidditch (contre les Slyth) à poil. Une conversation par MMail (Magic Mail) s'ensuit. On fait monter les paris, les profs ne savent pas comment gérer la situation, le fan club de Harry s'est lancé dans la vente d'un calendrier dénudé illustré par des photos volées, Sirius et Remus tentent d'aider Harry... Quant à Harry, il propose à Voldemort de rejoindre ses forces. Ca déraille grave à Poudlard.

Merci à [livejournal.com profile] alanachantelune et [livejournal.com profile] alixe75 d'avoir attiré mon attention sur cette bonne tranche de rire.

*retourne lire la fic*
epanorthose: (Ø: frangins)
Généralement, quand je lis un livre, je ne me représente pas les personnages. Malgré les descriptions, même les plus précises à la Flaubert, je ne parviens pas à dessiner des traits aux noms qui se pressent sur les pages.

Je collecte les informations à leurs sujets (couleurs, longueurs, formes...) mais ne peux pas me les figurer, les replacer sur un visage, un corps. Si j'essaie de dessiner, cela peut aider un peu, mais ce sera automatiquement quelque chose de très schématique. Parce que j'ai le dessin schématique, des années de lecture de mangas ont tendance à faire ça sur le trait, surtout un malhabile comme le mien.

Je ne parviens qu'à avoir une impression du personnage, floue, imprécise. Comme un souvenir troublé, comme une silhouette dans la brume. Je peux presque les voir, mais pas vraiment.

De ce fait, la confrontation avec une adaptation cinématographique (ou BD) est toujours brutale et peu évidente pour moi. Il y a nécessairement une phase de rejet. Je ne crois pas m'être exclamée une seule fois : "Mais oui, c'est elle parfaitement !" "Comment avais-je pu ne pas me l'imaginer tout à fait comme lui !"

Et puis parfois, je tombe sur une photo, je vois un film, je croise quelqu'un dans la rue et l'illumination se fait. "Lui, c'est exactement comme ça que j'imagine ce personnage-ci." "Elle, elle me fait tout à fait penser à ce personnage-là."

Je regardais Tower Prep et j'ai eu un de ces moments avec un acteur. Richard Harmon qui joue le rôle de Ray, un petit con qui aime bien emmerder le héros.


Richard Harmon


Avec sa tronche aux traits exagérés, ses yeux gris pas bien définis, ses cheveux noirs et son sourire en coin, j'ai décidé qu'il ne pouvait être que Regulus Black.

J'espère qu'on le verra davantage dans la saison 2 de Tower Prep, surtout qu'il y a moyen de moyenner des relations pile comme je les aime.
Quelqu'un a le mail de Paul Dini ? J'aurais quelques suggestions à lui glisser...
epanorthose: (H: in tiedious water)
Harry Potter
Je n'ai jamais été une Harry/Hermione shippeuse, mais à force de regarder les films, je pourrais bien le devenir.

Autant dans les livres, il me semble particulièrement aveuglant d'évidence que Harry et Luna pourraient former le couple le plus canon du canon, mais dans les films, faudrait être affecté d'une sérieuse dyslouchie pour ne pas repérer les petites molécules qui pétillent d'alchimie entre les deux personnages. Remarque de ma soeur à la sortie de la première partie du septième opus. "Mais Harry, il est amoureux de Hermione, ou quoi ?" Ou quoi ?! Déjà depuis quelques opus, il y a un certain gimmick qui se traîne : chaque fois que Ron et Hermione se serrent fort l'un contre l'autre pour se rassurer, vous pouvez être certain que dans les quelques secondes qui vont suivre, Harry va se taper l'incruste. Il n'a toujours pas compris que cela servait de prétexte pour les deux autres de se peloter l'air de rien. Dumb!Harry is love.
De ce fait, toutes ces molécules qui s'agitent, cela donne un peu raison à Ron de péter un ou deux fusibles. Non, ce n'est pas juste ta parano. Y a un truc pas très clair qui se passe juste devant toi.
Mais, c'est peut-être que je refuse toujours avec autant de force le Ginny/Harry. Même les films qui me font avaler bien des choses (j'ai réussi à m'amuser devant l'adaptation du tome 6 que je considère comme le plus mauvais de toute la saga) ne parviennent à me convaincre de la validité du Harry/Ginny.
En revanche, je me souviens pourquoi j'aimais vraiment Draco. C'est un personnage qui évolue, qui traverse des épreuves et grandit. Un personnage aura beau être totalement éblouissant de magnificence, si je ne le vois pas évoluer, grandir, se poser des questions, se tromper, corriger, se faire mal et se relever, je finis pas le laisser dans un coin. J'ai besoin qu'entre le début et la fin de l'histoire, on puisse voir clairement ce qui a changé chez lui. Sinon ce n'est pas un personnage, mais un plot. Et qui s'intéresse au plot ?


Raiponce
Je suis allée voir le dernier Disney. Ca faisait une éternité que je n'avais été voir un Disney au ciné. Si j'exclus les Pixar, je crois bien que cela remonte à Kuzco. Alors la multitude de gamins qui s'est répandue dans la salle et entre les rangées m'a quelque peu surprise puis effrayée. Bon sang, des Gremlins ! Ils vont faire du bruit ! Et en fait, non. Les plus bruyantes ont finalement été les deux ados assises derrière moi.
J'ai été agréablement surprise par le film.
Les mères, à travers les figures des marâtres, s'en prennent plein la tronche dans les contes. Et donc dans les Disney. Mais alors là, on a rarement vu une figure maternelle aussi destructrice. On est dans l'aliénation totale. La pauvre Raiponce est prisonnière d'un devoir filial, isolée par la tyrannie de sa mère et totalement soumise à sa volonté. C'est terrible.
Eugène, le pseudo prince charmant, est particulièrement bien caractérisé. Si on exclut les animaux et autres créatures anthropomorphisés, on a rarement vu un personnage aussi drôle chez Disney. Les répliques sont savoureuses et les expressions excessivement bien réalisées. Et je suis bien obligée de reconnaîres que Duris a fait du très bon travail dans le doublage. Oui, je suis allée voir la VF. Mais petit un, pour un Disney, c'est autorisé. Petit deux, c'était VF sans les lunettes et frais supplémentaires ou VO et 3D !
En parlant de 3D, je n'ai pas vu l'intérêt dans ce film de faire de l'animation 3D. Je crois que j'aurais même préféré le film s'il avait été fait en animation 2D traditionnelle. L'animation 2D tradi me manque !
Donc, Eugène is love. Mais Maximus is adoration. Voilà, c'est dit, je suis amoureuse du cheval. Mais il est tellement drôle et excessif et attachant. Je l'aime très fort. Si j'étais une petite fille en pleine période dada, je voudrais le même. Exactement, tout pareil.


Fringe
J'ai fini mon visionnage de Fringe. Il y a des éléments que j'adore et d'autres qui m'énervent et me frustrent. Le problème des séries à mystères et autres complots, c'est que les scénaristes laissent un peu trop facilement des éléments dans l'ombre. A tel point qu'on ne sait plus trop si c'est fait exprès, par mesure de précaution ou parce qu'ils sont nazes. Là, où ça m'énerve et me frustre est qu'ils oublient de traiter certaines conséquences. Les personnages acceptent souvent trop facilement ce qui leur arrive ou ce qu'ils découvrent. Si jamais on reparle d'un fait, d'un drame dans l'épisode suivant, on peut s'estimer content. Si jamais.
J'avais essayé de regarder cette série lors de sa première diffusion, mais j'avais abandonné énervée de trouver trop de X-Files. En fait, c'est plus du Alias que l'on y retrouve avec des clins d'oeil respectueux à X-Files. Il faut dire que j'ai un peu l'impression que tous les X-Makers (équipe technique, de production ou de scénario) qui ne bossent pas sur Supernatural ont trouvé refuge chez Fringe. Ce qui est finalement assez normal. Supernatural, c'est le monde où Mulder a raison ; Fringe est celui où Scully ne se plante jamais. Supernatural c'est le fils qui a tout pris du père, Fringe qui tient de la mère...
La très bonne surprise de Fringe, c'est Walter. Un personnage magnifique servi par un acteur hors catégorie. La surprise cachée, la fève qui cogne contre les dents et surprend, c'est Olivia. Un personnage pas évident à comprendre, qui semble trop lisse, trop froid et donc, pas forcément facile à aimer. Peter, c'est juste le joli papier qui attrape l'oeil mais qui se déchire bien vite. Pour le moment, outre le charme naturel de Joshua Jackson, je n'arrive pas à trouver un véritable intérêt au personnage. Il me semble sans épine dorsale.


Tower Prep
Pour terminer les vacances, je me lance dans une série qui a dû passer inaperçue à la plupart de vos radars. Tower Prep.
C'est l'histoire de Ian, un jeune lycéen, qui se réveille un matin dans un lycée particulier. La veille, il avait eu deux jours de renvoi pour s'être battu dans la cour avec un petit con qui tabassait un plus faible. Tower Prep est une école particulière qui est censée l'aider à développer ses dons. En effet, chaque élève de cette école a un talent particulier. Un talent d'imitation, de persuasion, de déchiffrage. Une sensabilité hors norme, une intuition excessive.
Parmi les élèves, il y a ceux qui acceptent très bien le fait de s'être un jour réveillé dans cet étrange endroit, de n'avoir aucune explication sur le pourquoi du comment. Ils vont en classe, obéissent à toutes les règles, acceptent tout ce qu'on leur demande. Et il y a ceux, comme Ian, qui ne se satisfont pas des questions sans réponses et cherchent à s'enfuir.
Je n'ai vu que trois épisodes, donc difficile de se faire un avis, mais la série remplit assez bien son objectif : me divertir tout en prolongeant l'esprit de Noël.


Je ne sais pas pour vous, mais pour moi, les histoires qui me donnent une impression de Noël ne sont pas celles avec des familles heureuses, des sapins qui clignotent et la découverte des vertus cardinales. Du tout. Les histoires qui me plongent dans l'esprit de Noël sont celles avec des quêtes, des prophécies, des destinées, des combats entre les Forces du Bien et celles du Mal, des amitiés qui se nouent, des inimitiés qui se dénouent, des opressés qui se révoltent contre des opresseurs, des enfants cachés qui se découvrent et des talents extraordinaires qui s'exploitent...

Help

Nov. 17th, 2010 07:09 pm
epanorthose: (Ø: prof)
Dites, avec quelles questions fourbasses je peux piéger les gamins qui penseront qu'avoir vu le premier film de Harry Potter remplace la lecture du bouquin ?
epanorthose: (Ø: princesse)
Je cherche des images pour jour 5 du MEME des pairings ("the least chemistry" au menu du jour) et je tombe sur cette page. Plein de fanarts. Et je me souviens pourquoi j'ai tellement aimé l'univers de Harry Potter, ses personnages, ses histoires non dites, ses joies, ses douleurs à peine murmurées. Ses possibles.

J'en aurais presque envie de reprendre mes livres, aller les chercher tout en haut de la bibliothèque, rangée du fond.

Presque. Ai aimé.

Je prends conscience de la portée du mot, du temps employé. Ils m'ont échappé sans que j'y prenne vraiment garde pour clamer une vérité : les livres sont en haut de la bibliothèque, ils prennent la poussière et ils n'en redescendront pas de sitôt.

Ca clique : j'ai arrêté les fics, parce que j'ai arrêté Harry Potter.

En ce moment, j'essaie de réfléchir à une histoire. Je l'aimerais pas trop ambitieuse. Pas simpliste. Mais simple à manipuler, à concevoir, à observer et finalement à mettre en mots. Mais elle ne cesse de vouloir s'étendre, se développer, se complexifier. Elle veut plus de personnages, plus d'intrigues, plus de sentiments, plus de souvenirs. Elle veut plus de tout et moi, je panique un peu. Ca fait bien trois semaines que j'y songe vraiment et je n'ai encore rien écrit. Pas une phrase. Les personnages ne s'épaississent pas, ils s'embrument. L'intrigue ne se construit pas, elle se démultiplie, se fourche. Comme un cheveu abîmé.

Harry Potter est ce qui m'a mis à l'écriture. Qui m'a permis de passer du stade de brouillon, d'idées dans un coin de feuille cadrillé à word.

Mais pas tout à fait. Pas totalement. Avant, il y a eu Sailor Moon. SMV : Vie, Mort et Connaissance. Une epic fic. Et je me dis que ce n'est peut-être pas sans lien si je refais une plongée dans le SailorMoonverse, justement maintenant.

La boucle se boucle.


PS : Josh Friedman, le créateur des Chroniques de Sarah Connor a repris l'écriture de son blog (bon, il a écrit une entrée) : entre anecdote qui dépote et réflexions sur les séries produites en ce moment.
(Et non, tout le monde n'aime pas Simon Baker !)
epanorthose: (H: made of awesome)
Je me demande si sur la tombe de Regulus Black, il y a écrit :
R.I.P. R.A.B.


...

C'était juste une idée en passant.

Profile

epanorthose: (Default)
epanorthose

March 2016

S M T W T F S
  12345
678 9101112
13141516171819
20212223242526
27 28293031  

Syndicate

RSS Atom

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 21st, 2017 04:35 pm
Powered by Dreamwidth Studios