epanorthose: (P: noir!Olivia)
J'ai posté hier soir le chapitre 5 de Résilience. Chapitre totalement inédit. Il est assez sombre et j'y aborde des thèmes auxquels je n'avais jamais jusque là touchés : la religion, le plaisir sexuel et le trouble de stress post-traumatique. Tumblr est passé par là. D'autant plus que Nils se frotte à la question du consentement. Quand je pense qu'il y a moins d'une semaine, je décidais qu'il fallait un chapitre entre le 5 et le 6 mais n'avait pas la moindre idée de ce que j'allais bien pouvoir raconter. Et je me retrouve avec le chapitre le plus dense depuis que j'ai commencé à écrire cette fic.

Le chapitre suivant est censément prêt mais il va peut-être falloir que j'y touche une troisièeme fois, histoire de bien alligner les bordures. Et ensuite le chapitre abhorré. *beurk*

Les vacances seront passées vite. Comme toujours. Je n'ai pas fait grand chose. Encore moins que ce que je ne pensais. J'ai été terrassée par une fatigue hyper flippante. Je n'avais de l'énergie pour rien faire. A part regarder des romcoms. C'est ainsi que j'ai découvert une scène que je ne connaissais pas dans Pride & Prejudice (2005). D'après les souvenirs de [livejournal.com profile] brigantija, les Américains ont demandé une scène en plus où Darcy et Elizabeth se smoochent. Whut ? Je savais que les céréales kellogg's et le coca avaient un goût différent selon les pays d'importation, mais si on peut faire la même chose avec les films... Est-ce que quelqu'un peut m'indiquer auprès de qui on passe commande ?

La période du NaNo approche. J'aimerais bien y participer, mais je ne sais pas si c'est vraiment réalisable. Le mois de novembre est toujours très difficile pour moi. Et quand je vois comment déjà octorbre s'est passé, je redoute cette période. Vraiment. Etant donné les classes pourries que je me coltine, étant donné que j'ai beaucoup de mal à conserver de l'énergie pour préparer l'agreg, je crains d'être encore plus abattue que l'année dernière. Et c'était pas brillant l'année dernière. Sans vouloir offenser tous ceux qui sont nés en novembre, je déteste vraiment le mois de novembre !
epanorthose: (H | :D)
Le chapitre 3 des Orphelins n'est pas prêt. Il lui manque sa dernière phase de polissage. Il n'en reste pas moins que j'ai assez hâte de le mettre en ligne pour avoir des retours sur les personnages. Alors, en attendant d'avoir réellement le temps de m'y consacrer, je relis des passages des Portes pour être à peu près raccord. Tom-Tom va me causer quelques difficultés, mais je n'en attendais pas moins de lui.

C'est très étrange de relire un vieux texte. Limite schizo. "C'est vraiment moi qui ai écrit tout ça ? Pour de vrai ?" Je relis certains passages et je voudrais tout retirer, tout effacer, mettre à la poubelle et qu'on n'en parle plus. Vraiment, ça ne vaut pas le coup. Et puis parfois, y a une phrase, un effet de style, une idée qui passe et je l'aime bien et ça m'épate un peu d'en être l'auteur. Ce qui est véritablement émouvant, c'est de relire les reviews. Surtout vers les derniers chapitres, quand la fin, tant attendue et rédoutée, était vraiment proche.

Certains s'étonnent que j'aie pu aller jusqu'au bout du projet. Ca a été long, difficile, douloureux, épique, mais jamais à un seul moment j'ai douté que j'atteindrais le dernier chapitre. Et toutes ces tranches d'émotions qui m'ont été offertes ont été ma plus belle récompense. J'écris pour me libérer l'imagination ; je publie en espérant susciter des émotions. C'est en fait, je m'en rends compte, la seule chose qui m'importe : émouvoir. Quand je racontais mes histoires à mes soeurs, j'espérais tellement que le petit retournement que je leur préparais allait les faire se dresser, sauter d'impatience, s'exclamer, rire, pleurer. Je guettais cette pointe d'émotion, la traquais tout en essayant de la faire jaillir.

Ca me plairait bien de pouvoir vivre de ma plume, comme on dit. Mais honnêtement, je m'en fous un peu. J'aime la générosité qu'offre le net.

Et j'aime pouvoir contribuer quand le projet me plaît. Ainsi, ce mois-ci, j'ai participé à deux kickstarters de deux séries qui m'ont vraiment émue, touchée, fait vibrer. Rob Thomas a eu mon soutien pour faire son film ; l'équipe de The Lizzie Bennet Diaries l'a eu également.

Le dernier épisode du Journal de Lizzie Bennet ("Gratitude"), je l'ai regardé un nombre de fois qui n'est pas avouable. Je me suis étonnée à beaucoup plus regarder Lizzie que Darcy. J'aime Darcy, mais j'adore Lizzie. J'ai vu la première fois la vidéo en petit format et j'avais les yeux fixés sur Darcy. La seconde fois, je l'ai regardée en grand écran, haute définition et j'ai été épatée par la prestation de l'actrice. Toutes les émotions défilent sur son visage. Tu les perçois et tu les comprends immédiatement. Depuis, à chaque visionnage, je me surprends à avoir le regard qui glissent vers elle.
epanorthose: (H | :D)
Juste pour dire...

BLOODY MARY ! LIZZIE BENNET DIARIES !!! AAAAHHHHHHHH *DIES* *REVIVES* AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH


Et maintenant, je sais ce que je veux pour mon anniversaire. Je veux le même, tout pareil.
epanorthose: (H: BAMF)
EH ! LES GARS,
VOUS SAVEZ QUOI ? VOUS SAVEZ QUOI ?

IT'S HAPPENING !! IT'S FUCKING HAPPENING !!!

ON VA AVOIR UN FILM VERONICA MARS. ON VA AVOIR UN FILM VERONICA MARS !!


Les deux millions sont assurés en un temps absolument reccord. Warner voulait bien diffuser mais pas financer le film et, surtout, voulait être assuré que ça intéresserait les gens.

Tu sais ce qu'ils te disent les gens, Warner ?

DEUX MILLIONS EN MOINS DE DEUX JOURS ! IN YOUR FACE !!




Et sinon, l'épisode 96 du Journal de Lizzie était grandiose.
epanorthose: (H | :D)
Je suis crevée : j'ai lu des fics jusqu'à pas d'heure hier soir.

J'étais vraiment partie pour me coucher tôt. Le boulot était fait. La vaisselle était propre, le linge étendu et un délicieux chocolat fumait dans ma tasse. J'avais dîné tôt, je pouvais me permettre un petit film et au dodo ! J'ai regardé Pride & Prejudice, la version de 1940.

Pride and prejudice in the 40's )

Après cela, j'étais d'humeur très Darcyssique. Alors j'ai commencé à lire des fics Lizzie/Darcy dans l'univers de the LBD. Soyons claire : je suis totalement amoureuse. Où peut-on passer commande ? Je veux ce Darcy ; et tant pis pour le noeud pap', je prends quand même.
epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
Si le journal de Lizzie Bennet me fait lever les bras bien haut et trépigner et glousser comme une midinette, le journal de Lydia me fait fermer les yeux et hurler d'horreur. Les auteurs sont diaboliques. D'un côté, t'as Darcy qui est adorable et de l'autre t'as Wickedman qui est retors au point de remercier Lizzie de l'avoir conduit jusqu'à Lydia. J'adore et déteste tout à la fois ces auteurs.

Lizzie, il faut que tu regardes les vidéos de Lydia ! Ou Jane ! Y a vraiment personne pour se soucier du bien être de cette pauvre doudouille de Lydia ?
epanorthose: (H: you've been psyched !)
J'aime d'amour Elementary !! Holmes et Watson sont sublimes tous les deux. Ils ne s'écrasent pas. Si à n'en pas douter ils ont un lien de parenté avec les personnages de Doyle, ils dépassent le cadre dessiné et ne s'enferment pas dans la caricature. Ils sont sans le moindre doute mes Holmes et Watson préférés tous médias confondus. Les intrigues sont pas toujours tip-top (l'avant-dernière sentait la naphtaline) mais les scénaristes soignent aux petits oignons leurs persos qui sont servis par des acteurs qui savent jouer. Love it.

J'aime d'amour Le Journal de Lizzie Bennett. C'est à ce jour mon adaptation préférée de Pride and Prejudice. Et oui, je place cette web-série avant la version de la BBC. Pourquoi ? Parce que c'est une adaptation et une transposition intelligente. Alors que je connais l'histoire vraiment (vraiment !) bien, je ne cesse de me demander ce qui va se passer et comment ça va se passer. J'attends avec impatience chaque épisode et les personnages sont toujours introduits avec beaucoup d'intelligence.

J'aime d'amour Fringe, mais j'ai un tout petit peur du Grand Plan. C'est hyper casse-gueule. Je ne suis pas une experte, mais je touche un peu ma bille sur le sujet, les voyages dans le temps, ça demande une manipulation assez précautionneuse. Et la première chose à faire, c'est établir les règles qui régissent les modalités des voyages dans le temps et des modifications que cela peut entraîner. Surtout si on s'approche dangereusement du précipice du "paradoxe temporel" que, personnellement, je déteste. Je trouve que c'est un ressort et une explication trop facile. Sauf si on se sert d'un TARDIS pour maintenir le paradoxe stable.

(Haven me manque)

--

Poster un chapitre le premier week-end des soldes en période de crise : so not a good idea.

J'ai terminé d'écrire le chapitre 2 des "Orphelins" mercredi. Je l'ai laissé reposer deux jours et c'est ce matin que j'ai réouvert le fichier pour la relecture. Je pensais que ce serait rapide ! La blague ! J'ai lu, corrigé, modifié, retiré, jusqu'à 16h ! Résultat, je me suis payée par la suite un mal de crâne à casser des briques ! Je voulais terminer la journée en lisant, mais j'ai été incapable de me concentrer. A la place, j'ai rangé mon iTunes, fait une fausse manip' et bazardé les trois-quarts des fanmix patiemment amassés, organisés. Je suis cependant restée d'un calme olympien : je me suis moi-même sacrément impressionnée !
epanorthose: (H | :D)
J'ai toujours beaucoup aimé le Darcy/Lizzie. Mais depuis que je regarde Le Journal de Lizzie Bennet, mais je les shippe trop à fond les marrons. Mais genre, l'épisode d'aujourd'hui...



J'ai un peu couiné comme une souris qui vient de dénicher la réserve de fromage !

La storyline de Lydia file un mauvais coton. Bing Lee a twitté qu'il était de retour à LA. Darcy et Lizzie sont à Pemberley Digital. Ahhh ! Trop de tension ! Trop de tension !

J'adore.

PS : Et vous ? Quand est-ce que vous vous mettez à regarder le Journal de Lizzie Bennet ? Non, sérieusement ? QUAND ?
epanorthose: (H | :D)
J'ai revu Persuasion.

Non seulement, c'est mon Austen préféré, mais, en plus, c'est mon adaptation BBC préférée *soupir de satisfaction*

Le problème des auteurs morts, c'est qu'il n'y a aucune chance qu'ils sortent un nouveau bouquin. Y a rien à attendre. Une fois qu'on a terminé leur biblio, on ne peut espérer se faire embarquer une fois encore par eux.

Si seulement on pouvait retrouver un manuscrit non publié d'Austen.
epanorthose: (H: you've been psyched !)
Suite à mon visionnage du vlog de Lizzie Bennet (The Lizzie Bennet Diaries sur YouTube pour ceux qui auraient raté les précédents posts sur le sujet), je suis retombée Austenie.

J'ai revu la série de la BBC, la version ciné avec Knightley (que j'ai trouvé meilleure au second visionnage) et je viens de voir la série de 2009 d'Emma. Va falloir que je rejette un oeil sur le roman car je n'ai pas le souvenir que l'on sache aussi tôt Knightley (qui est joué par Jonny Lee Miller, l'actuel Sherlock Holmes d'Elementary) est amoureux d'Emma. J'ai l'impression de me souvenir que ça m'était tombé un peu dessus sans prévenir à la fin du bouquin. Ou qu'en tout cas, je n'avais pas dû déchiffrer les divers indices. Le fait qu'il avait seize ans de plus a dû beaucoup dans mon aveuglement.

J'apprécie énormément être surprise par une intrigue, parce qu'il faut dire ce qui est : c'est rare ! N'y voyez aucune vantardise de ma part. Mais depuis le temps que je pratique la fiction, je commence à savoir repérer les ficelles qu'actionnent les auteurs. En revanche, je n'aime pas du tout être prise au dépourvue par un couple. Ca me déplaît fortement. Je n'ai, par exemple, jamais adhéré à L'Escalier C pour cette raison. J'aime que l'auteur, les scénaristes m'embarquent dans l'aventure amoureuse. J'aime assister aux tourments amoureux et aux questionnements et aux accélérations cardiaques qui prennent au dépourvu.

Puisque je parlais d'Elementary... J'aime assez les Sherlock et Joan que la série propose. Sherlock est franchement abîmé et Joan ne se laisse pas impressionner. Je regrette qu'ils n'aient pas gardé le passé militaire du Watson d'origine. Même sans l'envoyer sur le front, elle aurait pu exercer dans un hôpital militaire sur le territoire américain. Sinon, une chose est certaine les deux acteurs principaux sont hautement compétents. Une fois qu'on a dit que les acteurs compétents et que la dynamique Holmes/Watson fonctionnaient bien, il n'en reste pas moins que la série est assez classique et s'inscrit dans une tranchée que House a lancée un bout de temps : le héros génial mais immature et le second rôle, très sérieux, qui tente de suivre derrière. (Si je dis que ça pourrait presque faire penser à la dynamique que X-Files avait mise en place [sauf que c'est tellement plus subtile], on risque de soupirer. Mais qu'y puis-je si X-Files a tout fait avant toutes les autres ? Ce n'est pas pour rien qu'elle est la grand-mère de toutes les séries actuelles !). On pourrait souligner et s'amuser du fait que House est justement une adaptation de Sherlock Holmes. La boucle est bouclée.

Sûrement pas ! A mon avis, ils ne sont pas prêts de laisser tomber le filon !

Il est amusant de constater que les auteurs qui m'ont le plus inspirée et soufflé l'envie d'écrire sont des auteurs anglais. Mon imagination est cousue de fil made in Great Britain.

Et made in Japan, mais ça c'est une autre histoire.
epanorthose: (P: Tardis)

Un bot vient de me faire une déclaration d'amour. Malheureusement, ce n'était pas Darcy.


Message subliminal : il faut regarder the Lizzie Bennet diaries.

epanorthose: (H | :D)

Je n'avais jamais réalisé !

George Wickham et Georgiana Darcy ? Come on, Jane ! C'est pas aussi "spash in your face" que Remus Lupin, certes, mais come on ! En même temps, la soeur aînée s'appelle Jane. Comme Jane Austen.

Il est temps de dire la vérité vraie : Jane Austen est peut-être une grande romancière, mais c'était une vraie quiche pour nommer ses personnages. Fitzwilliam ? Vraiment ?


Fact of the day, sponsorisé par Wikipedia : Il existe une Madame Darcy qui a appelé sa fille Georgine. Georgine Darcy. Pour de vrai ! (Un de mes souhaits secrets est de rencontrer un type qui s'appelle Bruce Wayne pour de vrai, mais chuuut). Le plus drôle, c'est que cette mère si parfaite a tenté de persuader sa fille de devenir strip-teaseuse pour se faire de l'argent rapidement. Mais la fille a dit "non, maman, je serai danseuse classique dans un balet." A 16/17 ans, elle s'est barrée pour aller à Hollywood et elle a joué dans un Hitchcock. C'est la gonzesse qui danse en sous-vêtements dans Fenêtre sur cour. Ah ! La vie.

Profile

epanorthose: (Default)
epanorthose

March 2016

S M T W T F S
  12345
678 9101112
13141516171819
20212223242526
27 28293031  

Syndicate

RSS Atom

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 28th, 2017 06:42 am
Powered by Dreamwidth Studios