epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
En attendant Top Chef, je regarde Scènes de ménage.

Enfin, je regarde. Disons que j'écoute, pendant que j'écris. Et je suis très-très-TRES perturbée par le personnage de Raymond. Ce type n'est pas juste un acteur. C'est aussi un doubleur. En il a doublé dans des dessins animés que je regardais quand j'étais môme. Il a été la voix de Barney dans La Famille Pierreafeu et surtout Moriarty dans le Sherlock Holmes de Moriarty.

Ca me perturbe à un point !
epanorthose: (H: you've been psyched !)
Quand je vous disais que j'étais un mouton moutonnant !

Je viens de voir un épisode de Tim Gunn's Guide to Style et devinez ce que je viens de faire ? Oui, un tour dans mon armoire.

Plus exactement, j'ai tout foutu sur mon lit en piles et je suis en train de faire un grand tri dedans. Je suis à la recherche de mes "10 essential items". Et force est de constater qu'il y a beaucoup de défraichis. Et pourtant, j'ai du mal à virer réellement. Parce que j'aime bien ce débardeur qui autrefois était rouge et est maintenant rose. Parce qu'en été, on a toujours besoin d'une robe légère, même si elle est super mal coupée. Et ce chemisier, c'est un cadeau !


Tim Gunn est le Monsieur Loyal de l'émission Runway Project, un realTV avec des stylistes que j'aime beaucoup. L'idée de l'émission Tim Gunn's Guide to Style plairait vachement à M6 ! Il s'agit tout simplement de prendre une femme ordinaire et de fourrer le nez dans sa pendrie, de tout lui prendre parce que ça ne lui va pas du tout (ce qui est vrai au regard du premier épisode que j'ai vu) et puis de l'accompagner sur le chemin de la mode de façon à ce que son "moi extérieur" corresponde enfin à son "moi intérieur". C'est divertissant et ça donne envie de mettre en vrac son armoire tout en se demandant si son "moi extérieur" est en adéquation avec son "moi intérieur". Mais c'est quand même 'achement plus facile quand l'émission permet d'accéder à des marques prestigieuses et des intervenants talentueux qui savent déjà ce qui vous conviendrait. Moi, aucune coiffeuse ne m'a jamais dit ce que je devais faire de mes cheveux et les vendeuses de Sephora m'ont tant de fois mal conseillée que je ne fais plus guère confiance à leurs avis. Quant aux intervenantes, elles cherchent surtout à mettre dans vos paniers des produits...

Dix doigts

Oct. 18th, 2010 12:13 am
epanorthose: (P: Tardis)
Après les dramas coréens, je ne pensais pas pouvroir développer d'aussi tôt une addiction télévisuelle nuisible pour mon temps libre (et mon temps de travail). Erreur !

J'ai découvert les real tv américains.

Je crois que si Dante écrivait la Divine Comédie de nos jours, il ajouterait un cercle exprès pour ceux qui regardent des real tv. Américains ou pas. Mais le problème des real tv américains, c'est qu'ils sont validés et approuvés par des gens vraiment importants et reconnus dans leurs milieu. Et quand un maire qui prend le micro, ce n'est pas celui de trifouilli-les-chenilles comme dans un real tv français, non, c'est carrément le maire de Los Angeles ou de New York City. Et puis moi, à partir du moment où on me sort Kristen Bell, Natalie Portman, ou Milla Jovovitch, je suis eue. Je suis une fille facile.

J'ai déjà parlé de mon addiction à Top chef: just dessert, je n'y reviens pas. Il y a peu, j'ai découvert Project runway. C'est un real tv sur les stylistes. On leur impose des challenges de ouf guedins et ils te cousent, brodent, collent, découpent, recousent des tenues magnifiques. T'as juste envie d'être amis avec eux et de pouvoir librement profiter de leurs talents. Moi, le talent, je marche à fond.

Bon, comme c'est un real tv, y a toujours du drama qui est monté en sauce, des décisions du jury qui te font lever haut les sourcils. Mais au final, c'est l'histoire de ces personnes qui savent faire quelque chose de leurs dix doigts et qui ont un rêve. Alors évidemment, c'est horrible, parce que tel les Immortels : "à la fin, un seul d'entre eux survivra" et t'as envie de soutenir plus d'un rêve.

C'est peut-être parce que je ne sais vraiment rien faire de mes dix doigts et que j'aurais adoré être un peu dégourdie de ce côté là que je me laisse aussi facilement absorbée par ces real tv. Ce n'est peut-être que poudre aux yeux, mais pour quelqu'un qui ne sait même pas coudre correctement un bouton, la poudre ressemble à des paillettes.

"J'aurais voulu être un artiste" chantait Claude Dubois, j'aurais adoré être une artisane.
epanorthose: (imho: like it very much)
J'ai récemment découvert le monde délicieux de Miss Dahl.

Miss Dahl nous invite dans sa cuisine, comme dans ses souvenirs. Chaque épisode est centré sur un sentiment (égoïsme, romance, nostalgie, mélancolie, évasion...), autour duquel Sophie Dahl concocte des plats pour toute la journée, du petit déjeuner au dîner, en passant par le goûter.

Le personnage est particulièrement charmant, raffiné, féminin. Son vocabulaire est riche de mots qui font rêver : "decadent", "luxurious", "carnal". Parfois, je me demande même si l'on ne frôle pas l'affeterie, mais elle fait fondre du chocolat et j'oublie toute réserve.

Elle lit des livres pendant que les plats cuisent, cite des poèmes, utilise des tas de mots français (elle parle de cuisine !) et nous promène dans ses lieux préférés. Sa cuisine est une quintescence de cuisine, à mi-chemin entre la vieille cuisine idéalisée que l'on a tous dans un coin de nos cerveaux et la cuisine complète des magazines déco. Il y a des fleurs partout, des bougies, des vieux pots en faillance, des plats en fonte, des tasses en porceleine et un poel allumé. La quintescence de la cuisine anglaise dans le petit cottage parfait.

J'ai des envies d'évasion, de campagne, de cuisine au beurre (c'est la meilleure et, croyez-moi, j'suis connaisseur !), de chocolat chaud chez Angelina. J'ai envie de relire Austen, de prendre un billet pour l'Angleterre. J'ai envie de...

Voilà, cette émission donne envie. Envie de se souvenir, de tremper ses doigts dans la sauce, de lire, de rêver, de partir et de revenir.

Quant à la réalisation, il y a des gros plans partout sur tout. Sur les ingrédients qui se mélangent, qui cuisent, les fleurs sous la pluie et des petits drapeaux dans le vent. Une cuisine d'Epinal.





[Edit] extrait de l'article Wikipedia :
Sophie Dahl (born Sophie Holloway, 15 September 1977) is an English author, cookbook writer and former model. She was born in London, the daughter of actor Julian Holloway and writer Tessa Dahl. Her maternal grandparents were author Roald Dahl and actress Patricia Neal. Her paternal grandfather was actor Stanley Holloway. She was the inspiration for Sophie, the main character in her maternal grandfather's book The BFG.
On ne nait décidément pas tous avec les mêmes cartes en main.
Je comprends un peu mieux l'omniprésence des livres dans son émission. En revanche, la manière dont elle parle de ses grands-mères, je n'imaginais pas du tout qu'il s'agissait de dames du milieu artistique.
Le fait qu'elle ait été mannequin me permet de mieux comprendre certaines de ses afféteries et état de son visage un peu trop parfait, un peu trop défini.
epanorthose: (Ø: he's a pirate)

Le moment que j'ai toujours préféré dans Un dîner presque parfait, c'est quand ils préparent les desserts.

D'une manière générale, le dessert est ma partie préférée du repas et il m'arrive parfois de considérer que tous les plats qui précèdent sont autant d'épreuves avant d'accéder au Saint Graal. Oui, j'ai la dent sucrée.

Alors quelle ne fut pas ma félicité quand j'ai découvert que cette année les américains proposaient une émission dont le titre met l'eau à la bouche. Top Chef: just desserts. Toujours le même principe d'épreuves à handicap et d'éliminations sauf que les candidats sont des patissiers et réalisent des petites merveilles.

Par conséquent, l'épisode que j'attends chaque semaine, ce n'est pas celui de the Good Wife, de Supernatural (pas encore regardé les season premiers) ou de la série de Scorsese (pas encore essayée), c'est l'épisode de Top Chef: Just Desserts.

J'ai la dent sucrée à ce point.

epanorthose: (Default)
Pendant que je corrige (laborieusement) mes interros, je regarde d'un oeil le téléfilm historique d'Arte (ce qui explique peut-être le "laborieusement") : Aux sources du Nil (fiche imdb).

C'est l'histoire de deux frères amis, Speke et Burton, qui partent en expédition à la recherche de la source du Nil. Ils affrontent des épreuves affreuses mais en réchappent. Sauf qu'une fois rentrés, ils se disputent, se trahissent et ne sont plus amis. Jusqu'à ce qu'il y en ait un qui meure, sans qu'ils ne se soient réconcilés.

Et en plus, c'est une histoire vraie.

*pleurniche*

Profile

epanorthose: (Default)
epanorthose

March 2016

S M T W T F S
  12345
678 9101112
13141516171819
20212223242526
27 28293031  

Syndicate

RSS Atom

Most Popular Tags

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 22nd, 2017 08:30 pm
Powered by Dreamwidth Studios