I <3 Vargas

Mar. 7th, 2015 09:25 pm
epanorthose: (H: you've been psyched !)
Je poste une entrée pour ne pas finaliser ma commande sur MAC Cosmetics. J'ai repéré deux rouges à lèvres absolument magnifiques. Ils sont dispo sur le site, pas dans le magasin où j'achète habituellement mes produits MAC. J'ai, de plus, fait une razzia en RAL ce mois-ci et c'est censé être un mois diète. Je n'ai, de toute évidence, pas du tout intégré que c'était un mois diète car j'acumulte ces petits tubes colorés comme si c'était des cartes Panini ! Et j'en ai dépensé de la thune dans les cartes Panini quand j'étais môme. Vous n'imaginez pas ! Olive et Tom puis Les Chevaliers du Zodiaque ont bouffé tout mon argent de poche !

J'ai terminé de lire le dernier Vargas. Je l'ai lu en deux demi-journées. Et maintenant, je me sens un peu désoeuvrée. J'ai donc décidé de faire un truc que je ne fais quasiment jamais : relire des bouquins.
C'est vraiment rare que je relise un livre. Je crois que je peux les compter sur les doigts de deux mains les bouquins que j'ai relus. J'avais déjà repris cette relecture il y a quelques années, je reprends donc le fil. Je passe L'Homme à l'envers qui ne m'a pas laissé un très bon souvenir. Peut-être un jour. Et j'attaque celui qui m'a fait tomber dans le chaudron : Pars vite et reviens tard. Je suis assez étonnée par la densité de la langue, la dextérité du style. Ca bondit dans tout sens, ça s'élance avec fureur, prend son temps en l'air et retombe avec agilité. Pour repartir. Y a pas à dire, Vargas est un de mes auteurs préférés. Si ce n'est mon auteur préférée encore en activité.

Peut-être parce que ce sont les premiers romans que j'ai lus (aka Le Club des cinq et Fantômette), peut-être parce que mon arrière-grand-mère ne manquait jamais de nous faire regarder "un policier", toujours est-il que j'ai noué avec le genre policier/polar une relation de confiance. C'est le genre que je préfère, c'est le genre qui me permet toujours de renouer avec la lecture quand je l'ai délaissée trop longtemps, c'est le genre dans lequel je me sens le plus à l'aise. Même en ce qui concerne le cinéma, c'est mon genre préféré. Malheureusement, on produit assez peu de films policier. C'est pour ça que chaque année, je me débrouille pour avoir une série policière dans ma liste de visionnage. Quand j'étais petite, je voulais être détective privée. Dans le magazine de Mickey, ce que je préférais c'était les pages "Mickey détective". Je voulais être Sophie qui résout des crimes avec son livre/ordinateur et Fido.

Etrangeent, je n'ai jamais eu envie d'écrire le moindre polar. Bien sûr qu'il faut un peu de mystère, des masques à faire tomber, des intentions à révéler. Bien sûr. Mais le polar, le brut, je n'ai jamais eu l'intention d'en écrire un seul. Peut-être parce que ce sont peut-être les auteurs que j'admire finalement le plus. Ceux qui ont poussé au plus loin le concept d'intrigue.

Les auteurs se divisent souvent en plusieurs catégories : il y a les bâtisseurs de monde, les créateurs d'intrigue, les révélateurs de la nature humaine et les dentelières stylistiques. Fred Vargas a un pied dans les quatre catégories. Son poids pèse bien plus dans certaines que d'autres, mais ses pieds y sont bien tous plantés.

Couinage !

Oct. 30th, 2014 12:25 am
epanorthose: (H | :D)
Il m'a fallu un peu de temps. Mais j'ai finalement rallié la cause : je couine devant James McAvoy.

C'est embarrassant.

Je suis tellement bloquée par les films The X-Men que je ne m'étais pas aperçu qu'il était totalement couinable ce monsieur. Et puis je regarde Becoming Jane. Et paf ! couinage ! Je retente avec Penelope. Re-couinage !
epanorthose: (H: BAMF)

J'arrive bientôt au bout de mon fond de teint. Histoire de ne pas me retrouver en rade un matin à 6h30 quand j'ai encore les paupières collées de sommeil et la marque de l'oreiller incrustée dans la joue, j'ai décidé de prendre les devants et d'aller m'en acheter un autre. J'étais tout à fait satisfaite du précédent, même si la Madame de Burberry a essayé de lui voler dans les plumes (et a même appelé sa collègue pour montrer combien le fond de teint concurrent, il ne valait pas tripette et ne parvenait pas à camoufler mes rougeurs). J'ai fait ma princesse et je suis allée chez Dior.

J'adore aller chez Dior. Sans mauvais jeu de mots. Non seulement tu es chouchouté(e) mais en plus on te fait des tas de compliments. La fois précédente on avait vanté mes harmonies de couleurs sur les paupières, là on n'a cessé de me dire que j'avais une belle peau, qu'il y avait à peine à camoufler. Des rougeurs ? Vous savez, c'est normal avec les changements de températures. Le front et le bout du nez qui brillent ? Forcément ! La peau vie. En fin de journée, tout le monde brille. Mais je lui aurais fait des bisous sur les deux joues.

Résultat, j'ai fait grincer ma carte bleue mais quand je me suis vue dans le miroir, en rentrant, j'étais tellement contente que je don't care at all.


Mais revenons, un instant en arrière, car, avant de rentrer chez moi, je suis passée par le Sephora. J'avais vu un très joli fard à paupière, mais je devais me montrer raisonnable. En l'achetant au Sephora : j'avais le droit à 20% de réduction. Et c'est là que le drame se passe. Alors que je fais un crochet par le stand Givenchy pour admirer les nouveaux rouges à lèvres (une bombe à plus de 30€, tu pleures !), je me fais alpaguer par une dame.

La dame, tu la regardes, tu fais un bond de côté. Je ne suis pas une pro du maquillage. Je regarde des tutos sur YouTube, mais devant mon miroir, je reste assez sage. Je suis du genre néophyte avertie. Je me débrouille mais je ne fais pas de l'art. La dame devant moi, je crois qu'elle se maquille avec les pieds. Je ne vois pas d'autres explications. A mon avis, elle a pris le sac de talc et y avait enfoncé sa tête (*headtalc*). Genre, tu racles et elle s'effrite. La couleur sur la bouche était un genre de marron beigeasse orangé qui lui donnait l'air de se diriger vers la tombe. Mais le pire était les yeux. Les yeux d'un panda en état de décomposition. Deux énormes cercles noirs autour de ses yeux qui, avec la chaleur, s'estompaient et se transféraient partout. Franchement. Une horreur pareille, faut le vouloir pour le réaliser. Ca ne peut pas se faire au hasard. C'est nécessairement intentionnel.

Mais là où ça devient corsé est qu'elle me dit d'un ton dégoûté. "Tout n'est qu'apparence. Y a plus que ça d'important. L'apparence. Il faut être belle. Alors qu'elles sont toutes moches. Ces pétasses se tartinent et elles restent moches."
Bon déjà, là, j'avais envie de lui tendre un miroir. Mais je reste zen.
"En même temps, on est dans un Séphora. Si vous voulez de l'intellectuel, faut aller dans une librairie."
Elle me dévisage un instant, puis enchaîne, passant du coq à l'éléphant.
"Je suis inquiète pour l'avenir. Avec toute cette immigration, on va à la guerre civile."
Je fais un pas de côté et prends un air très intéressé par les différents essais de rouge à lèvres que je viens de faire.
"Que dans l'apparence ! Moi, ce que j'aime c'est la culture de l'amérique de l'ouest."
Un instant, je songe à lui répondre que dans l'ouest américain, il y a Los Angeles et que dans le genre "l'apparence est importante, voire primordiale", ils se posent quand même là. Mais je renonce, je n'ai aucune envie d'engager un débat avec un panda en état de décomposition sous les néons du Séphora.
"J'aime la country, continue-t-elle. Le contact avec les gens. J'ai ça dans le sang."
Je renonce aussi à l'idée de lui faire remarquer qu'il y a trois secondes, elle annonçait que l'immigration était la fin de la France.
"J'ai découvert un petit bar américain, où on peut boire de la bière. C'est convivial. C'est comme les pubs anglais, on peut parler avec les gens."
Et là, je me suis barrée. Tallot-taillot.

epanorthose: (P: noir!Olivia)
J'ai passé la dernière semaine des vacances à fouiller le site Hellocoton.

Qu'est-ce qu'Hellocoton ? Un site qui répertorie des blogs de gonzesses. On y parle chiffons, boutons, bonbons, poupons, maisons, salons, explorations, actions et autres questions... Je suis totalement fascinée. Surtout par la section "mode". Le coin "beauté" m'amuse, le coin "cuisine" m'impressionne.

Je regarde ces jeunes femmes exposer leurs garde-robes, affirmer leurs goûts, expliquez leurs styles, détaillez les composantes. Ce n'est pas toujours à mon goût, ce n'est pas nécessairement réussi, mais je reste admirative devant cette affirmation de soi, ce souci du détail. Il m'arrive si peu souvent de vraiment réfléchir à la composition d'une tenue. J'ai si peu d'imagination vestimentaire, jamais la patience de chercher la pièce qui m'ira, aucun talent pour accorder les matériaux, les imprimés. Si on devait me demander mon style, je répondrai probablement "fonctionnel". C'est agréable de voyager d'univers en univers, de s'apercevoir que les tendances que les enseignes cherchent à nous imposer peuvent être accomodées, détournées, décomposées.

La section beauté est amusante, car beaucoup plus concensuelle. De page en page, on retrouve les mêmes produits, les mêmes tags. Mais ça permet de se tenir au courant. Par exemple, je peux vous dire que le produit qui fait fureur en ce moment ce sont les gloss/encres de Maybeline censés tenir 10h. Ils sont le pendants abordables des vernis à lèvres de Yves Saint Laurent. Les rouges à lèvres corails et rose flash s'arrachent. Tout le monde achète les vernis chez Kiko, des beurres corporels chez the Body Shop et si tu ne râles par sur ta box beauté, t'es pas une vraie beautysta !

Il y a quelque chose de très rassurant à se promener dans cet univers colorés et protégés où la plus grosse catastrophe qui peut survenir est d'avoir raté le rouge à lèvres "Party Parrot" de MAC, où la quête ultime est de trouver LE vernis nude parfait.

Il y aurait beaucoup à dire sur les blogs de girls.
epanorthose: (H: not pleased)
J'étais chez Sephora occupée à regarder les fards hors de prix de Chanel. Une vendeuse/maquilleuse arrive et me demande si j'ai besoin d'un avis. Je lui montre le fard qui me plaît bien. Et elle secoue la tête.

"Non, celui-là, je ne vous le recommande pas. Il va faire ressortir le cerne."

Deux choses.

Premièrement, avez-vous remarqué que les professionnels de l'apparence ont tendance à singulariser ce qui est pluriel ? Chez votre coiffeur, vos cheveux deviennent "votre cheveu". "Faire un masque une fois par semaine est bon pour le cheveu. D'ailleurs, nous avons justement une promotion sur..." Chez le vendeur de chaussures, vous n'avez plus qu'un pied. "Ce modèle de chaussure permet de laisser respirer le pied. D'ailleurs nous avons justement une promotion sur..." Et chez la maquilleuse, mes cernes fusionnent en un. "Non, cette couleur fera ressortir le cerne. En revanche, ce petit duo..."

Deuxièmement, j'ai des cernes ? Oui, j'ai des cernes comme tout le monde, mais de là à me dire que je ne dois pas utiliser une couleur ? C'est si grave que ça ? S'il y avait bien un truc qui n'avait jamais éveillé l'attention de la complexée!me qui ne s'endort jamais totalement, c'était bien mes cernes. Merci madame ! Vous venez probablement d'ajouter un truc à la longue liste des choses qui me font soupirer quand je me regarde dans le miroir.

(Et non, je ne cèderai pas à la tentation d'acheter un anti-cerne Bobbi Brown dont la beautysphère ne cesse de parler juste parce que la madame de chez Chanel m'a interdit l'accès à une couleur. Je suis plus forte que ça...)
epanorthose: (H | :D)


La palette NAKED de Urban Decay revient dans une version 2 au mois de février. Be ready !


Pour celles et ceux qui ignorent tout de ce qui se passe côté maquillage, il faut savoir que la première version de la palette de Urban Decay avait connu un énorme succès. On se l'était arrachée et la palette avait été rapidement en rupture de stock. Il s'en était suivi une longue et pénible attente qui n'avait fait qu'exarcerber frustration et grogne chez les makeup addicts. Depuis, si vous allez dans un Sephora, vous constaterez que la palette est toujours un best seller. Elle est généralement accompagnée d'une petite vignette qui vous indique qu'elle un des produits les plus vendus du magasin.

Le succès de la palette tenait en plusieurs points : des couleurs vraiment chouette pile dans les tendances de ces dernières années, une qualité au rendez-vous malgré quelques chutes (texture toute douce et pigmentation de ouf guedin !). Mais surtout douze couleurs taille normale à petit prix (36€ 40€).

Le succès sera-t-il au rendez-vous pour la palette 2 ? En toute honnêteté, au vu des swatches disponibles sur le net, l'objet m'intéresse grandement. Quelques fards semblent très prometteurs.

C'était l'entrée midinette-qui-bat-des-cils du mois. Oui, on peut être une série addict tendance geeky et aimer le futile qui rend jolie réhausse la beauté naturelle.


---
credits : Temptalia
epanorthose: (Ø: reading is sexy)
Flûck. Je me suis fait eu !

Comme toujours, tout a commencé avec une fic. Une fic Grssk, en l'occurence, plutôt bien écrite en sus. (Très bonne restitution de la personnalité de Cappie). Curiosité éveillée, j'ai visité le profil de l'auteur. Et en moins de temps qu'il en faut pour dire "Zibidipeste", je me suis retrouvée coincée dans un fandom de la honte (Non, je n'écrirai pas le titre).

Je sais que je devrais y mettre un terme, mais je m'enfile goulûment les chapitres comme du chocolat Côte d'Or.

Et comme si ça ne suffisait pas, voilà que je me mets à envisager de me plonger un peu plus sérieusement dans le canon. La dernière fois que j'ai fait ça, je me suis retrouvée à regarder Dark Angel !

Des fois, c'est 'achement pas facile d'être pétrie de midinetterie. Sérieux.


→ l'idée importante de cette entrée est que si vous avez envie de lire une fic Grssk plutôt bien écrite, IC et qui n'implique pas une grossesse non désirée (le ressort scénaristique qui m'énerve le plus en ce moment), je vous conseille Woes of Adulthood de MiHnn.

Want !

Mar. 10th, 2010 10:51 pm
epanorthose: (Default)


Where ?
How can me find this ?
Me want it. Badly.
é_è

Profile

epanorthose: (Default)
epanorthose

March 2016

S M T W T F S
  12345
678 9101112
13141516171819
20212223242526
27 28293031  

Syndicate

RSS Atom

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 23rd, 2017 04:19 pm
Powered by Dreamwidth Studios