epanorthose: (H: BAMF)
J'ai fini True detective.

Bon.

C'est pas mauvais. Non. Loin de là. Mais ça ne casse quand même pas trois pattes à un canard. C'est en fait un long film. Mais un long film tout ce qu'il y a de plus classique. Je n'ai rien senti de la claque promise. Dans un genre assez similaire, j'ai largement préféré The Killing (version américaine, toujours pas vue la version danoise) que j'ai trouvé beaucoup plus viscéral (particulièrement la saison 3).

Je ne sais pas trop si je verrai la saison 2 de True detective, mais ça m'a rappelé que je n'avais pas vu la saison 4 de The Killing et qu'il faudrait que je la voie.
epanorthose: (H: BAMF)
Je commence iZombie. Because Rob Thomas. On n'oublie pas si facilement qu'on a aimé une petite blonde argneuse qui ne lâchait pas une enquête tant qu'elle ne tenait pas le coupable au bout de son taser. Pour le moment, je ne feele pas encore le love. Mais je m'apprête à lancer l'épisode 3. Et j'ai pour habitude d'attendre le cinquième épisode pour décider si oui ou non je vais continuer une série. Ca n'est pas waterproof. Ainsi après cinq épisodes, j'ai arrêté de suivre OUAT. Regardez ou nous en sommes actuellement : j'attends avec impatience chaque lundi pour avoir un nouvel épisode à me mettre sous les yeux. D'ailleurs, en parlant de iZombie et de OUAT, je n'avais pas reconnu derrière le maquillage et la perruque que zombie!Veronica était Clochette de OUAT.

J'ai terminé de regarder les épisodes dispos de Quantico. Et je vais continuer de suivre cette série. A mon avis, c'est le genre de scénario où il ne faut pas trop creuser parce que très vite, on se rend compte que c'est beaucoup de poudre aux yeux. Mais ça fonctionne en surface. Et Alex est vraiment, vraiment, très belle. J'espère vraiment que les scénaristes ne nous montent pas un bateau ! Si jamais on nous révèle à la fin qu'elle était la terroriste, je vais taper très fortement du pied et quitter cette galère. D'une manière générale, je ne suis pas une fan du "narrateur menteur" (unreliable narrator). Ca me rebrousse le poil.

Suite à mon entrée précédente et à quelques conversations que j'ai eue, on m'a assuré qu'il fallait que j'essaye de regarder Mr. Robot et Daredevil. Je ne dis pas "non, jamais". Juste que ce n'était pas tout à fait le moment. Je ne comprenais pas pourquoi je ne regardais plus de séries alors que c'était vraiment quelque chose que j'aimais faire auparavant. Et j'ai peut-être enfin compris où la machine s'était gripée et comment la faire repartir. J'en ai eu ma claque des hommes et de leurs problèmes existentiels ! J'ai en eu assez de voir le monde à travers leurs yeux, d'entendre leur version de l'histoire. Et plus que marre qu'on s'attende à ce que sans problème je me glisse dans leurs godasses. On attend toujours des petites filles, des adolescentes et des femmes qu'elles acceptent de s'identifier à un personnage masculin. Mais demander l'inverse à un petit garçon, un adolescent, un homme, dieu tout puissant les en préserve ! Et je dois bien dire que l'argument, "il y a des personnages féminins bien" ne suffit plus vraiment. Elles restent juste au second plan. Derrière le héros (ou dans ses bras). Et oui, vraiment, j'en ai ma claque.

Maintenant, qu'on se rassure (!), je continue à aimer Captain America, Indiana Jones ou Kaamelott. Je me débrouillerai pour voir le prochain James Bond et je trépigne d'impatience (littéralement) de voir le nouveau Star Wars.

Mais, dans l'ensemble, oui, tout cela commence à vraiment me lasser... Alors je regarde Blindspot, Quantico, Supergirl, Once upon a time, Grey's anatomy, Elementary, Agent Carter ou iZombie. Et puis quand la machine sera bien relancée, j'essayerai Daredevil et reprendrai Mr. Robot (oui, parce que j'ai commencé en fait à regarder cette série, j'en suis même à l'épisode 3).
epanorthose: (H: BAMF)
J'ai fini de voir tous les épisodes dispos de Blindspot. Et j'aime bien. Je continue à dire que ce n'est pas la série qui va révolutionner le genre, mais je passe un vrai bon moment devant. Les mystères s'emboîtent. Les sales tronches défilent. On voit peu à peu certains personnages se développer. Et Jane est vraiment très pretty pretty. Et oui, c'est un argument qui a son importance. Kurt me fait excessivement penser à Russel Crowe. Ce n'est pas vraiment une mauvaise chose.

J'ai enchaîné, hier, avec le pilot de Supergirl. Et, là aussi, j'ai passé un vrai bon moment devant cette série. C'est léger, c'est plein de bonne volonté et la série affirme vouloir tenir un propos féministe. Pour le moment, ce que je peux reprocher à la série, c'est de s'inscrire un peu trop dans la généalogie de Superman. J'ai un peu peur de voir débarquer tout le cast des "pas tout à fait". La série va donc devoir être prudente, il me semble, à ne pas être la version lite de Superman. Vous savez comme le faux!nutella ou les faux!disney. Mais en attendant, le pilot était fun. Pas révolutionnaire là non plus. Si ce n'est que c'est une jeune femme qui porte la cape et exprime clairement le désir de sauver le monde. Donc, oui, en fait, c'est peut-être un peu révolutionnaire.
Pour mémoire : Supergirl est la cousine de Superman. Elle a en fait été envoyée en même temps que Clark sur Terre. Elle était censée le protéger. Mais en cours de voyage son vaisseau s'est perdu dans la Phantom zone. Elle y est restée plus de vingt ans, bloquée dans le temps. Quand elle arrive finalement sur Terre, Clark est là pour l'accueillir, tout grandi. Il la confie à un couple et elle mène une vie tout ce qu'il y a plus d'ordinaire jusqu'à ce que l'envie de sauver un avion la prenne.

Aujourd'hui, c'est Quantico. C'est un peu comme si Secret story était raconté par les scénaristes de Damages. L'histoire se déroule sur deux timelines qui s'imbriquent pour mieux s'éclairer mutuellement. Timeline 1 : Alex, une jeune femme brillante et déterminée, intègre Quantico, l'académie qui entraîne les futurs agents du FBI. Elle va y suivre un entraînement aussi bien physique, qu'intellectuel ou psychologique. Elle côtoie en particulier certains candidats qui sous des dehors souriant et sympathiques semblent tous cacher un ou même plusieurs secrets. Dans l'ombre, le directeur et un des formateurs tirent des ficelles de secrets encore plus compliqué et ramifiés. Timeline 2 : Alex se réveille au milieu des débrils d'un immeuble qui vient d'exploser. Très vite de seule survivante, elle gagne le statut de terroriste qui a fait exploser ledit immeuble. La voilà qui est pourchassée et traitée comme une criminelle par les siens. Elle nie mais trop de preuves la condamnent. Traquée, elle doit donc mener seule l'enquête et tenter de trouver qui parmi ses camarades de Quantico est réellement le terroriste.
Damages pour les timelines qui s'imbriquent, se contredisent et s'éclairent, mais, surtout jouent avec nos nerfs. Un peu de 24 aussi, bien sûr, pour l'ambiance de la timeline 2. Bien évidemment, le trait est très grossi et je doute qu'une formation à Quantico soit aussi spectaculaire et voyeuriste dans ses méthodes (mais qu'est-ce que j'en sais après tout ?). Bien sûr que les exercices imposés sont surtout prétextes à nous dévoiler (ou pas) les personnages et nous les faire tous soupçonner. Certes. Mais le résultat est là. On guette, on s'intéresse, on se demande. Le but de ce genre de séries est de nous embarquer sur un grand huit. Et si ce n'est pas le plus impressionnant que j'ai emprunté, c'en est un tout de même bien plaisant. Et même un peu plus.
(Remarque au passage très tumblrienne : la série fait un très grand effort pour proposer une série variée dans son casting.)

Dans une entrée précédente, je disais que j'avais du mal à me lancer dans de nouvelles séries. Il faut croire que j'avais parlé (écrit) trop vite. En fait, quand je regarde ma watchlist, je remarque qu'il n'y a plus que des séries dont le personnage principal est une femme. Et quand je vois les trois que je viens d'ajouter, force est de constater que, là aussi, les personnages principaux sont des femmes. Pour être précise et honnête, Blindspot et Elementary mettent en vedette plus un tandem composé d'un homme et d'une femme. Cela ne relève pas d'un choix conscient de ma part. Je ne me suis pas dit un matin, "je vais arrêter de regarder des séries où le personnage principal est un homme." Nope. Mais je crois, je suis même sûre en fait, que j'ai saturé. Que je sature. J'en ai assez de suivre des séries dont le héros est un mec. J'en ai assez de m'identifier à un homme. J'en ai assez de voir toujours les mêmes enjeux revenir. Les mêmes ficelles sur lesquelles on tire. J'en ai assez que le personnage féminin ne soit là que pour souffrir, consoler et/ou récompenser le héros. Ca ne m'amuse plus. Ca m'ennuie. Et ça m'énerve aussi. Alors oui, peu à peu, je me suis désintéressée de toutes ces séries avec des personnages masculins. Et je comprends mieux pourquoi je remets toujours à plus tard d'essayer Arrow, Flash, Daredevil, Gotham ou Mr Robot. (Je ne regarde pas Hannibal mais pour une toute autre raison). Je suis sûre que ces séries ont leurs qualités. J'en suis persuadée. Je ne suis juste pas intéressée. Je ne suis plus intéressée.
epanorthose: (P: noir!Olivia)
Après avoir marathonné The X-Files (jusqu'à la saison 7), j'ai lancé Fringe.

La première fois que j'ai lancé le pilot de Fringe, c'est lorsque la série a été lancée. Et je n'ai pas aimé. Ca ressemblait trop à The X-Files. Et si je peux voir une dizaine de films taillé dans le même drap, cousu selon le même patron, j'ai plus de mal avec les séries. Il m'a fallu un ou deux ans pour redonner sa chance à la série. Et j'ai bien aimé ensuite.

Ce que je trouve frappant maintenant que je la re-regarde, c'est que cette série ne ressemble pas à The X-Files mais à Alias. On pourrait superposer les deux séries et voir, en surbrillance, le même système nerveux dupliqué. Il n'y a que le cadre qui change et encore, à peine. Pour mémoire, ce sont deux séries du studio Bad Robot qui appartient à Abrams. (Je me demande si le petit robot rouge va apparaître à la fin du prochain Star Wars.)

C'est dommage que le temps me manque, mais pour rester dans la même veine, j'aurais bien aimé commencer à regarder Millennium, une autre série de Carter. J'avais vu quelques épisodes lors de sa diffusion en France et je me souviens de quelque chose d'assez gore. Une histoire d'épidémie. Et d'un épisode assez décalé du point de vue des démons avec une réplique sur les réveils. Comme quoi la véritable invention des enfers était le réveil. Ce dont je suis à peu près persuadée. Le mien a sonné ce matin et il m'a fallu quelques secondes pour comprendre ce qui se passait et pourquoi.

Parfois, je me prends à imaginer les séries selon des arbres généalogiques. Avec des mères, des soeurs, des grands-mères et des petites filles. J'utilise d'ailleurs souvent ces termes dans mon vocabulaire destinée aux séries.
epanorthose: (H | :D)

J'ai finalement pris le temps de regarder Marvel's Agents of S.H.I.E.L.D.. Et, entre nous, c'est quoi ce titre de merde ? (Ca me fait penser au titre de Corpse Bride dont le titre complet est Tim Burton's Corpse Bride.) Why, gens ? Juste "why" ? Vous aviez peur qu'on confonde avec les Agents de SHIELD (les points me soulent !) de DC ? D'ailleurs, j'ai appris que la Justice League, c'était un peu des connards. Ils sont la JL mais que des Etats-Unis. Le reste du monde n'a qu'à se démerder ! Et comme dans le monde de DC, les super-héros ne poussent qu'aux EU, une invasion extra-terrestre un peu poussée, un scientifique un peu plus mégalo, et on est dans la merde ! Je suis pourtant de votre côté DC, mais vous insistez vraiment pour me décevoir ces derniers temps.

A propos de la série. Que dire ?
Ca a mal commencé. Tellement mal, que je n'ai pas dépassé le pilot lors de mon premier visionnage. Et j'étais super impatiente de découvrir cette série. Et puis, récemment, j'en ai eu un peu assez de regarder en boucle mes DVD du Marveldom (je l'avoue : je suis totalement raide dingue du Marveldom. Et Captain America 2 n'a pas allégé la sauce !), alors je me suis dit "va pour la série au titre tout pourri et au pilot peu convaincant."

Les premiers épisodes sont un peu irritants. La caractérisation manque de subtilité. Skye, la paire de geeks, Captain Jack (depuis le Marveldom, je ne peux plus utiliser n'importe comment le titre de "Captain America", il a donc fallu que je trouve une autre expression), May. Y a que Coulson qui passe. Mais le fait qu'on le connaisse et l'apprécie joue beaucoup. Skye, particulièrement, j'ai du mal. Et Raina. C'est quoi cette direction d'acteurs ? C'est quoi cette écriture. Skye est la sassy héroïne. Raina est la séductrice. Et point barre. J'en ai assez de voir les héroïnes et les méchantes toujours diriger de la même manière (et ça me fait aimer encore plus Emily Thorne.) En plus Skye a le physique générique de la gonzesse de série. Ce n'est pas de la faute de l'actrice, entendons-nous bien. Elle est tout à fait charmante. Mais je commence un peu à saturer de voir toujours les mêmes têtes, les mêmes cheveux, les mêmes morphologies sur mon écran. Je ne demande pas nécessairement du moche (quoi que pourquoi pas ?) mais du beau différemment.
Bon Raina est juste magnifique. Et ils ne lui ont pas raidi sa magnifique chevelure !

Quand je regarde l'équipe agir, je ne peux pas m'empêcher de les transformer en un calque et de les placer sur une photo du Scooby Gang. C'est la même chose. Ils ont bien essayé de nous proposer des images inversées (May est Cordelia, par exemple). Mais en gros, c'est la même chose. Ce qui veut dire que je dois me méfier de Ward. Si Skye couche avec lui, il va se révéler être un agent d'Hydra, c'est ça ? Je dis ça en plaisantant, mais je sais qu'il se passe un truc avec lui. Je ferme les yeux dès que Tumblr évoque son cas, mais je sais déjà que son cas a été évoqué et que Tumblr a sursauté.

Plus les épisodes s'enchaînent et plus je prends finalement plaisir à regarder les épisodes. Je me laisse entraîner par le rythme, les personnages ont trouvé une sorte d'équilibre (jusqu'au moment où on leur tirera le tapis sous les pieds. I know you Whedon !) et je m'amuse de les voir à chaque fois se lancer dans une enquête où un Mutant pourrait être impliqué, ce que les jumeaux scientifiques nient toujours et ils s'avèrent qu'ils ont à chaque fois raison. Ca m'énerve et me fait rire tout à la fois ! Surtout que j'ai vu Captain America 2 et en particulier le petit bout planqué dans le générique. Qu'il me tarde de voir le prochain film du Marveldom. Même si c'est sur Antman.

En parlant d'Antman. Amazing Spider-Man 2, vous en avez pensé quoi ? Je suis assez partagée sur le film. Surtout le final.

Amazing Spider-Man 2 )


Et sinon, dans mon premier fandom ever, aka la mythologie grecque, j'ai découvert que Poséidon et Déméter avait eu une fille (ainsi qu'un cheval !) dont on ne connaissait pas le nom, car il était interdit de le prononcer. Fille de la déesse de la Terre et du dieu des Océans, soeur d'un cheval immortel et prénom tabou. Mais vous pouvez l'appeler Maîtresse ! Si elle a pas la classe !

epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
Je suis prof, pour moi, la fin de l'année se situe réellement en juillet. Pas que pour moi d'ailleurs, puisque le théâtre et la télévision fonctionnent aussi avec ce calendrier. Mais on ne peut pas aller contre la tradition du bilan de fin d'année. Le 31 décembre arrive, 2014 piaffe à la porte, il est temps de revenir sur ce qui a été lu, vu, fut fait pendant cette année 2013.

Théâtre, cinéma, lecture, écriture, séries )
epanorthose: (H: you've been psyched !)
... si vous n'avez pas regardé :

- The Killing
Excellente série policière, sombre, pluvieuse, glauque, mais jamais exhibitionniste. J'avais beaucoup aimé les deux premières saisons qui étaient une adapatation d'une série danoise. On avait suivi pendant 26 épisodes (13x2) l'enquête sur la mort d'une jeune fille de dix-sept ans, le tourment de la famille, les répercussions sur une campagne politique. C'était halletant. La saison 3 est encore plus magistrale. Moins dans le pathos mais encore plus franche dans la misère humaine sans pour autant tomber dansle misérabilisme. Les storylines s'imbriquent magistralement, les personnages sont attachants. Les enquêteurs sont un peu plus mis en retrait que dans les deux saisons précédentes mais ce n'est pas tellement gênant. On les connaît maintenant.

- Warehouse 13
J'ai commencé cette série sans trop y croire, sur le conseil d'une amie. Quater saisons plus tard, je suis toujours là, plus enthousiaste que jamais. On flirte souvent avec le loufoque, la bonhommie n'est jamais loin, mais épisode après épisode, ils construisent une mythologie solide, intrigane, enthousiasmante et surtout hors de tout ce qu'on voit actuellement. J'avais imaginé, il y a très longtemps, une histoire qui reposait sur le même principe des objets à pouvoirs magiques qu'il fallait débusquer et collectionner. La série gère tellement bien ses forces et ses faiblesses que ça ne me dérange pas de voir cette idée développée par d'autres. Je l'ai déjà dit, mais pour moi Warehouse 13 est ce que devrait être Doctor Who : une série qui ne se prend pas intensément au sérieux, qui n'oublie pas où est son âme (dans la relation des personnages) et nous dépayse et nous fait rêver.

- Teen Wolf
La saison 3 commence. Je ne suis pas immensément convaincue par la storyline sur le clan des alphas (sérieusement, un clan d'alphas, ça n'a aucun sens !). Je trouve dommage que l'on oublie un peu les personnages et leurs relations. Stiles a besoin d'avoir sa propre storyline, il ne peut pas être indéfiniment le bouffon de la bande. Derek doit apprendre à s'occuper de lui et des autres plutôt que de s'embêter à tomber amoureux. Peut-être que ce sera traité comme une sorte de fuite pour Derek qui se fait déborder de toute part par la réalité. I wish. Je redoute surtout que son love interest ne finisse dans le régrigérateur. Et il faut que quelqu'un prévienne Danny pour l'horrible grumeau ! C'est bien beau de dire qu'on n'aime pas qu'Ethan soit assis à côté de Danny (moi non plus !), mais faites quelque chose ! Lydia et Danny ont grandement besoin de choisir mieux leurs amoureux ! Mais dans la saison 3, il y a Isaac. Isaac et Scott. Je ne les shippe pas. Pas romantiquement (Scott est trop amoureux d'Allison). Mais il n'y a rien qui me fait plus sourire que voir ces deux-là prendre soin de l'autre. Je les pack!ship !

- Haven
Puisque je parle de pack!ship... Le 13 septembre, c'est la reprise. Vous avez donc deux mois pour rattraper les 3 saisons (13x3) de cette petite série qui commence en ayant l'air de rien et vous emportera brusquement dans le tourment du triangle relationnel, avant de décider que le plus simple, c'est l'OT3. Les intrigues d'épisodes sont souvent évidentes, mais ce qui compte c'est la relation entre les trois personnages principaux, le flic ombrageux aux nerfs muets, du rebel à la morale fluctuante mais au coeur stable et la flic courageuse, futée et compatissante. Au fur et à mesure des saisons, comme pour Warehouse 13, on voit la mythologie s'épaissir, l'intrigue s'obscurcir. Vraiment, une série à rattraper.


Voilà, mon top 4 des séries d'été. 4 séries qui aiment le Fantastique (ou le Glauque Réaliste pour The Killing), qui soignent leurs personnages, mettent les relations de personnages à l'honneur, n'oublient pas de bâtir une mythologie solide. Ce sont des séries honnêtes qui font avec leurs moyens sans prendre le spectateur pour un abruti.
epanorthose: (P: noir!Olivia)
Je pensais avoir la crève, mais ma soeur affirme que je suis allergique au pollen. Et Flûck. Allergique et un temps de merde. I hate this fucking spring !

Le bal des season finales a commencé.

Supernatural
Je n'ai quasiment pas suivi cette saison. J'ai regardé quand Felicia Day était présente et les deux qui ont précédé le final, histoire de savoir un peu de quoi on allait parler. Je ne me suis guère sentie impliquer dans l'histoire. Une énième affirmation de l'amour fraternel que les deux frères se portent et tout ce qu'ils sont prêts à faire ou à renoncer l'un pour l'autre, c'est triste à dire, mais ça ne m'émeut plus du tout.
En revanche, j'ai trouvé l'image finale très jolie et très émouvante. Je ne suis pas croyante pour un sou, mais voir tous les anges chasser du Paradis et s'écraser sur terre avait une véritable intensité dramatique et émotionnelle. Et Castiel est humain. De nouveau. Et je m'en contrefous.



The Office
Je ne suis plus la série depuis la saison 4, me semble-t-il, mais en plus d'être un season finale, cet épisode est le serie finale. Ici aussi, l'impact émotionnel a été grandement amoindri par le fait que je n'ai pas suivi cette série depuis quatre ans. Il était tout de même assez plaisant de les voir se réunir (même si je n'ai pas assisté à leurs séparations...) pour un événement aussi loufoque que le mariage de Dwight avec Angela. Deux passages m'ont cependant pas mal touchée : Dwight qui explique le lien qui l'unie à chacun de ses employés et Pam qui revient sur son parcours et regrette un peu d'avoir mis autant de temps à décider de surmonter ses peurs et vivre la vie qu'elle voulait. Jim reste cependant mon préféré.


Vampires Diaries
ILS L'ONT FAIT !!! BONNIE A TREPASSE !! THE WITCH IS DEAD !!! Je ne suis plus cette série depuis le début de la saison 3, mais Bonnie qui crève, c'est juste le bonheur total. Bien sûr, à n'en pas douter, elle va continuer de hanter la série puisque Jeremy est back, mais elle est DEAD !! Je n'ai pas trop suivi ce qui se passait dans la vie émotionnelle de Caroline et Matt, car je connais mal les personnages qui leur promet un grand amour. Je n'en reviens pas en revanche qu'Elena choisisse Damon. J'ai un peu hurlé à la face de mon écran "SERIEUSEMENT ?" quand elle affirme en être amoureuse. Pauvre Stepf. Je ne sais pas qui est Silas et je n'ai pas bien compris ce que signifiait sa révélation. C'est un métamorphe ? On le savait ? On le découvre ? C'est un autre truc ? Je m'en fous : Bonnie est morte !


Castle
Je n'ai pas vraiment envie d'en parler, car j'ai trouvé ça navrant. Pourquoi faut-il que Beckett ait à choisir entre sa carrière et sa vie sentimentale ? Pourquoi Castle pense-t-il que la solution est de demander Beckett en mariage ? Je trouve tout cela navrant et très passéiste.


Grey's Anatomy
On redistribue la carte des couples : certains se font et d'autres se déchirent. Y en a d'ailleurs plus qui se déchirent qui se font dans cet épisode. Pendant un instant, j'ai eu peur qu'ils me tuent Meredith. Je ne veux pas qu'on tue Meredith, je ne veux pas qu'on fasse du mal à Meredith. J'aime Meredith et je veux qu'elle ait son happy end. J'avais vu venir le twist final assez vite. De la flotte, des bruits d'électricité, forcément, ça ne fait pas bon ménage. Comme le chief a les yeux fermés, on peut toujours espérer qu'il sera sauvé. Affaire à suivre. Perso, je ne suis pas hyper concernée. Je pense surtout à l'impact que cela aura sur Meredith (et Bailey). Et même si elle fout le bazar dans le couple d'Arizona et Callie, j'espère que Hilarie Burton restera parce que je suis un peu amoureuse d'elle. Elle est maigrichonne, un peu bossue, elle a un léger strabisme, mais je ne peux pas m'empêcher de la trouver jolie. Je crois que c'est sa voix et son sourire. Et puis, elle a été Peyton Sawyer dans One Tree Hill.


Elementary
Le meilleur pour la fin. Honnêtement, j'ai passé l'épisode à me demander si Moffat regardait et ce qu'il en pensait. Dès l'instant où on nous a dit qu'Irène était morte, je savais que ce n'était pas vrai et qu'elle reparaîtrait avant la fin de la saison. Le week-end dernier, j'ai vu [livejournal.com profile] maius_intra qui a suggéré l'idée qu'Irène serait Moriarty. Je n'y avais pas pensé, mais j'ai trouvé ça brillant. Et totalement évident. J'ai donc regardé ce final en étant persuadée que c'était vers ça qu'on allait et la série l'a fait. Mais le mieux, le fin du fin, le fuck you Moffat, c'est Joan qui pwns Irène. OK, il était facile de comprendre qu'Irène était en réalité bien amoureuse de Sherlock, mais je m'en fous ! Joan, la mascotte, a pwné le personnage le plus intelligent de la série. Une critique seulement, j'ai moins, voire pas du tout, apprécié le jeu de l'actrice quand elle est face au père qu'elle fait chanter et Joan. Elle tombe dans le cliché de la bitch hyper éduquée et désagréable. Y a pas besoin de ça pour donner du charisme et du pouvoir à une femme. Mais c'est peut-être Irène qui joue ce jeu face au père et pour impressionner Joan, qui ne se laisse pas du tout impressionner. LOVE HER.


[EDIT]
One Tree Hill
Je viens de découvrir que la série était finie. Mieux vaut tard que jamais : elle s'est achevée en avril 2012, sur une neuvième saison de 13 épisodes. Le final était symathique, hyper dans l'émotion et la nostalgie. On noue les derniers noeuds, on revient sur le passé et on contemple le chemin parcouru. On ressort quelques objets, lieux et répliques cultes. On retrouve au dernier moment même quelques personnages égarés. C'était pas mal. Mon seul vrai problème avec ce final, c'est que Luke et Peyton n'étaient pas là. C'est hyper frustrant. Alors je sais que les personnages ne sont plus là depuis x années, mais rien à foutre, tu ne clos pas OTH sans ces deux pilliers. Ils ont fait revenir Steve Carell pour achever The Office. C'était un passage éclair, mais il était là ! Des fois, les trucs en interne qui se passent là où nos yeux ne se posent pas sont vraiment relous.
epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
J'ADORE LE NOUVEAU GENERIQUE !!

Les génériques me manquent. Je suis, par exemple, hyper fan de celui d'Elementary. Celui de Teen Wolf me fait BEAUCOUP rire. Peut-être parce que j'ai grandi dans les années 80 (puis 90), mais je suis convaincue qu'un générique est important, qu'il installe durablement une série dans la mémoire collective, qu'il contribue à créer une identité à la série.

VIVENT LES GENERIQUES !
(Même s'ils nous gavent quand on fait des marathons)
epanorthose: (H: not pleased)
J'essaye de regarder le pilot de Zero Hour. Je ne m'attarderai pas sur la partie prégénérique qui m'a fait lever très haut les yeux. En une phrase : les méchants sont les Nazis et ils veulent un truc que les gentils, un ordre secret de prêtres chrétiens, ont. Yep. I know.

J'ai serré les dents et j'ai gobé le truc, parce qu'au générique il y a Dr Greene et Cappie.

Sauf que là, je ne sais pas si je vais pouvoir passer outre la plus incompétente agent du FBI que je n'ai jamais vue. Il n'y avait personne sur le plateau pour dire à l'actrice qu'elle joue hyper mal ? que jamais aucun agent ne serait dans la provoc' à ce point en début d'enquête ? Sérieusement ? Bon sang ! Etre juste jolie ne suffit pas. Ca ne sert pas à grand chose si on ne peut pas croire un instant au personnage. Et c'est autant la faute de l'actrice, que du directeur de casting ou du réalisateur. Personne n'a fait son boulot ici. Clairement.

Le choc est d'autant plus dur que je sors d'un après-midi à regarder des mini-séries britanniques absolument impeccables dans le jeu !

D'ailleurs, si je puis attirer votre attention sur l'une d'elle : Broadchurch. C'est une mini-série policière : un gamin est retrouvé mort sur la plage, qui a commis le meurtre ? Moi, c'est suffisant pour m'intéresser, mais pour quelques autres, j'ajouterai qu'au casting, il y a David Tennant, Rory Pond, Rusard et gigantesque! Dean Thomas.
epanorthose: (H: you've been psyched !)
Suite à mon visionnage du vlog de Lizzie Bennet (The Lizzie Bennet Diaries sur YouTube pour ceux qui auraient raté les précédents posts sur le sujet), je suis retombée Austenie.

J'ai revu la série de la BBC, la version ciné avec Knightley (que j'ai trouvé meilleure au second visionnage) et je viens de voir la série de 2009 d'Emma. Va falloir que je rejette un oeil sur le roman car je n'ai pas le souvenir que l'on sache aussi tôt Knightley (qui est joué par Jonny Lee Miller, l'actuel Sherlock Holmes d'Elementary) est amoureux d'Emma. J'ai l'impression de me souvenir que ça m'était tombé un peu dessus sans prévenir à la fin du bouquin. Ou qu'en tout cas, je n'avais pas dû déchiffrer les divers indices. Le fait qu'il avait seize ans de plus a dû beaucoup dans mon aveuglement.

J'apprécie énormément être surprise par une intrigue, parce qu'il faut dire ce qui est : c'est rare ! N'y voyez aucune vantardise de ma part. Mais depuis le temps que je pratique la fiction, je commence à savoir repérer les ficelles qu'actionnent les auteurs. En revanche, je n'aime pas du tout être prise au dépourvue par un couple. Ca me déplaît fortement. Je n'ai, par exemple, jamais adhéré à L'Escalier C pour cette raison. J'aime que l'auteur, les scénaristes m'embarquent dans l'aventure amoureuse. J'aime assister aux tourments amoureux et aux questionnements et aux accélérations cardiaques qui prennent au dépourvu.

Puisque je parlais d'Elementary... J'aime assez les Sherlock et Joan que la série propose. Sherlock est franchement abîmé et Joan ne se laisse pas impressionner. Je regrette qu'ils n'aient pas gardé le passé militaire du Watson d'origine. Même sans l'envoyer sur le front, elle aurait pu exercer dans un hôpital militaire sur le territoire américain. Sinon, une chose est certaine les deux acteurs principaux sont hautement compétents. Une fois qu'on a dit que les acteurs compétents et que la dynamique Holmes/Watson fonctionnaient bien, il n'en reste pas moins que la série est assez classique et s'inscrit dans une tranchée que House a lancée un bout de temps : le héros génial mais immature et le second rôle, très sérieux, qui tente de suivre derrière. (Si je dis que ça pourrait presque faire penser à la dynamique que X-Files avait mise en place [sauf que c'est tellement plus subtile], on risque de soupirer. Mais qu'y puis-je si X-Files a tout fait avant toutes les autres ? Ce n'est pas pour rien qu'elle est la grand-mère de toutes les séries actuelles !). On pourrait souligner et s'amuser du fait que House est justement une adaptation de Sherlock Holmes. La boucle est bouclée.

Sûrement pas ! A mon avis, ils ne sont pas prêts de laisser tomber le filon !

Il est amusant de constater que les auteurs qui m'ont le plus inspirée et soufflé l'envie d'écrire sont des auteurs anglais. Mon imagination est cousue de fil made in Great Britain.

Et made in Japan, mais ça c'est une autre histoire.
epanorthose: (H | :D)
Vous savez que vous regardez trop de séries américaines quand vous êtes capable de devancer les répliques punchy ou smooshy ou juste funny.
epanorthose: (P: noir!Olivia)
Le jeudi, est mon jour de série préféré : Revenge et Psych en combo qui clashe. Le plan machiavélique et la vengeance aiguisée d'une fille d'un côté, le comique bouffonnant et l'amitié indéfectible de l'autre.

J'aime les séries du jeudi.

C'est ma récompense pour avoir survécu à la journée de boulot du jeudi (c'est la pire !).
epanorthose: (P: Tardis)
A gifted man m'a rendue curieuse.

Michael est un très brillant neurochirurgien. Comme il le dira à un moment dans l'épisode à un gamin fan de foot, il est le Messi de la neurochirurgie. Il a une vie très organisée, très active et très rentable. Il a une clinique où l'élite des malades viennent payer des lingots d'or pour son diagnostic et son savoir-faire. Il a une secrétaire qui gère toute sa vie mais dont il ignore la date d'anniversaire. Il a une soeur-dans-la-merde qui élève seule son fils qu'il faut aller chercher au poste de police. Mike n'a pas beaucoup d'amis, des associés surtout dont une avec qui il couche de temps en temps. Et une ex-femme qu'il rencontre un soir en sortant du restau où il achète ses repas à emporter. Ca fait dix ans qu'ils ne se sont pas vus. Dîner sympa pour évoquer le passé, l'époque où Mike s'occupait des plus démunis, des bobos ordinaires pour une paye probablement pas minime. Ses retrouvailles font plaisir à Mike. On sent Anna (l'ex-femme) un peu nerveuse, toujours prête à partir, mais Mike tente de la mettre à l'aise, de la retenir.

Le lendemain, le très sérieux, très pragmatique neurochirurgien apprend qu'Anna est morte depuis un certain temps (j'ai pas noté la date en fait ! d'où le "certain"). Moment de panique totale. Bien sûr, comme chirurgien, il pense d'abord à un problème cérébral. Résultat, il bloque l'IRM pour un scanner. Rien. Schizophrénie ? Non, ce n'est pas ça non plus. Sa soeur pense qu'il a reçu la visite d'un fantôme. Ca le fait bien rire, le très pragmatique, très scientifique Mike. Jusqu'au moment où ça ne le fait plus rire de voir son ex-femme apparaître, lui dire de se rendre dans sa clinique pour débloquer l'ordinateur, de prendre des patients sans-le-sous et surtout sans assurance, de faire lui-même les opérations... Alors Mike retourne voir le chaman dont sa soeur lui a parlé. Il tente une séance d'extraction spirituel. Mais voilà que l'ex-femme ne veut pas partir, elle ne veut pas disparaître. "Et toi, Mike, tu n'as donc plus envie que l'on se voie ?" Alors Mike rejette la séance d'extraction, prétend au chaman qu'Anna est partie et s'enfuit à toutes jambes. Il garde Anna, de toute manière tout ce qui la concernce, il ne l'a jamais bien compris.

Voilà en gros le pilot débarrassé de toutes ses intrigues annexes.

Mike, le jerk complet égocentrique et arrogant, est hanté par le fantôme de sa femme ô combien plus généreuse que lui ! Il soigne les riches et les nantis, elle s'occupait des démunis et sans ressource. Je suppose que la série va raconter comment Mike va apprendre à renouer avec les humains, à s'oublier un peu et regarder plus attentivement et généreusement ce qui se passe autour de lui. Je n'emploie pas le terme de "regarder" à la légère. La caméra ne cesse de se focaliser sur le regard très bleu de Mike. Dans les scènes de champs/contre-champs avec Anna, si on voit Anna toujours par-dessus l'épaule de Mike, Mike fait totalement face à la caméra, la regarde en plein dans l'objectif quand il est censé s'adresser à Anna. Façon de nous dire qu'Anna n'est pas physiquement là. Regard d'autant plus présent que Mike est neurochirurgien ce qui signifie qu'il porte un masque et que l'accent est porté sur son regard qui se braque sur les parties du cerveau qu'il doit réparer.

Puisque je parle de la réalisation, j'ai trouvé ça assez joli. Les décors, les ambiances, les choix de prises de vue.

Donc un pilot intrigant mais qui ne peut que laisser supposer comment la série va accrocher les wagons suivants


[Ajout]

J'ai été interrompue pendant que j'écrivais cette review par un long coup de fil (Clémentine a 18 ans aujourd'hui !) et j'ai oublié de mentionner une ou deux choses.

Tout d'abord, si l'explicaton qu'Anna est un fantôme ne me dérange pas outre mesure, j'aurais quand même bien aimé qu'on laisse plus de place au doute. Ca aurait été intéressant de voir Michael ne pas trop savoir où se placer par rapport à cette Anna qui le poursuit de ses commentaires et conseils.

Ensuite, j'aime bien le personnage de Michael. C'est un connard, c'est certain. Pas de doute à ce sujet. Mais par instant, il oublie d'être un connard et on voit apparaître le Michael qu'il était probablement il y a dix ans, quand il était encore marié à Anna. Et je trouve l'acteur assez convaincant dans son rôle.
epanorthose: (H: you've been psyched !)
Episode 2 de Secret Circle vu.

C'est toujours aussi naze et les gamins font toujours aussi peu preuve de jugeotte. Surtout l'héroïne. Je ne comprends pas pourquoi elle ne va pas parler de tout ça à sa grand-mère. Les autres, à la rigueur... Mais, elle ! La magie lui fait peur, elle sait que sa mère a voulu l'éloigner de cette vie. Elle sait que sa grand-mère est/a été une sorcière, elle n'a personne d'autre vers qui se tourner. Mais non, elle ne dit rien. Le trope du secret est une ficelle scénaristique qui commence sérieusement à me courrir sur le haricot. C'est pour ça que j'aime bien Haven.

Dans Haven, le OT3 les trois personnages se font totalement confiance et se confient tous les petits trucs qu'ils découvrent chacun de leur côté, même les trucs bizarres et/ou hyper personnels. Ils en font pas des secrets qui feront des intrigues bidons et mettront du drama bidon là où il n'y a pas besoin. J'aime Haven et ses trois super personnages.


Back to The Secret Circle.

Il y a en fait une raison pour laquelle la mère de Cassie s'est fait applatir comme une crêpe par Brian de Queer as folk.

Et sinon, y a rien à faire, mais John Connor, j'accroche pas. Je crois que ça vient de ses cils. Il a des cils de poupée Corolle. Et puis, il fait des petits effets de bouche ridicules ! Rendez-lui sa caméra et qu'il retourne filmer Claire mourir des centaines de fois et se relever. Au final, c'est là que je l'ai trouvé le plus convaincant.


Il me reste à essayer Unforgettable, un cop show avec une fille qui a la mémoire parfaite. Je crois que House s'est un jour occupé d'un cas pareil. The Gifted man, un type qui see des dead people. Et People of interest dont j'ai eu de bons échos à travers le forum de Perdusa.

Par contre, no way qu'on me fasse regarder Charle's Angel ou The playboy club.
epanorthose: (H: not pleased)
J'essaie de regarder le pilot de The Secret Cercle et ça me déchire le cortex.

Encore des ados bien sapés, bien foutus, avec des super secrets, des parents qui ne disent que des moitiés de vérités et des romances qui se jouent dans le regard. "Regarde comme mon regard fixe ton regard. Un lien d'amour visuel se tisse entre toi et moi. C'est l'Amour ! L'Amour sacré des teen!dramas, au nom duquel on va faire les pires conneries, juste parce qu'on s'aime et qu'on est jeune et adolescents et beaux."

J'en ai marre.

Je ne sais pas si c'est la faute à Stephanie Meyer qui a ruiné d'un coup d'un seul le teen!drama fantastique, ou que j'en peux plus des adolescents et de leur absolutisme sans recul, mais je sature.

Ou alors, c'est juste que The Secret cercle est mauvais. Les clichés ambulants me donnent envie de m'arracher les yeux.

Cassie est une sorcière, fille de sorcière, chose qu'elle ignorait totalement, mais que tout le monde sait.
Sa mère meurt dans les cinq premières minutes de l'épisode, tuée par Brian de Queer as folk. Un instant, j'ai espéré que la mère n'était pas une sorcière, mais il s'avère que si. Conclusion : la mère n'assurait pas des masses côté sorcellerie !
Cassie retourne donc dans la ville natale de sa mère pour vivre avec sa grand-mère, qui, elle aussi, est une sorcière (et ne semble pas super affectée par la mort de sa fille !). Cinq ados à caractère stéréotypé lui tombent dessus et s'empressent de lui révéler ses pouvoirs, son héritage. Elle est la descendante d'une des six familles sorcières qui, malgré tous leurs pouvoirs, n'ont jamais quitté leur petite ville portuaire humide. Les cinq stéréotypes sont bien contents, parce que maintenant que Cassie est là, ils vont pouvoir reformer le Cercle. Mais faut pas le dire aux adultes ! C'est un secret ! On ne sait pas pourquoi, mais faut pas le dire !
Et puis, bien sûr, Brian est en fait le père de Diana qui est la petite-amie-depuis-trois-ans de John Connor qui en pince instantanément pour Cassie. Parce que c'est écrit dans les étoiles ! La preuve, le père de John Connor (pas Kyle Reese !) en pinçait pour la mère de Cassie et maintenant c'est un poivrot qui tient le seul bar/restaurant/crêperie de la ville. Yeepee !
Le seul point positif, c'est que j'ai trouvé l'héroine plutôt sympathique. A part son moment MS sous la pluie et son baiser-raté dans la lumière du soleil (mais ce n'est pas de sa faute), elle a des réactions assez normales. Presque. Genre, moi, à sa place, je demande des comptes à la mère-grand immédiatement ! C'est sûr, ça ruine tout de suite le "secret" de The Secret Circle, mais rien à péter !


Dans le même genre de thématique, hier, je suis allée chez Gibert faire provision de romans d'ados et j'ai trouvé tout un rayonnage de romans promettant des romances entre des humains et des vampires, des sorcières et des anges, des anges et des vampires, des immortels et des fées. Y a même une série qui a pour titre "Vampire Académie". C'est quoi ce truc ?

Je déteste les histoires de vampires !


Et sinon, y a des histoires d'ados super beaux, super riches, super puissants et qui s'emmerdent toute la sainte journée. Alors ils se font des coups de pute. Au XIXe siècle. Oui, Gossip Girl a aussi fait des petits.


Sinon-bis, j'ai essayé Revenge, pas d'ados ! Des jeunes adultes, riches et beaux avec des secrets à cacher et des comptes à régler. Mais comme c'est des adultes, étrangement, ça passe vachement mieux. Et puis Amanda/Emily a un plan : venger son père. Et rien que le fait que ça part pas sur une romance impossible... Rien que ça !

J'ai également regardé les deux premiers épisodes de Ringer, la nouvelle série de SMG. Je ne sais pas trop quoi en penser pour le moment. C'est pas nul, mais je ne suis pas totalement convaincue.
epanorthose: (H: awkward)
Il y a peu, j'étais en société et je me suis aperçue d'une chose effroyable.

Je ne regarde pas les bonnes séries.


En tout cas, pas celles qui permettent de briller en société ou au moins de suivre une conversation. I know : schocking !

Mais le fait est que je ne regarde pas How I met your mother, ni Weeds, ni Desperate Housewives, ni Bervely Hills 2.0 (ma génération a fait son adolescence à l'ombre de la version 1.0), ni Dexter. Certains se vantent d'avoir regardé et adôôôré Rome, les Tudors et, encore une fois, je ne regarde rien de cela.

J'ai essayé de parler de mes dernières découvertes : les séries françaises. Eh bien croyez-le ou non, cela m'a attiré quelques regards écarquillés. J'ai eu un peu l'impression de décrocher la timbale de l'hyper ringard qui déjeune avec Jean-Pierre Pernot. Pourtant Nicolas le Floch et Engrenages, j'ai trouvé ça plutôt bien foutus.

Et imaginez les réactions si j'avais parlé de Doctor Who, Supernatural ou Kaamelott. J'aurais pu même être hyper avant-gardiste et aborder le sujet des kdramas. Ou pas. Le peu de crédibilité qu'il me reste se serait dissoute comme du sel dans l'eau.

Faut que je regarde des vraies séries qui me permettent de socialiser. Parce que les séries de geeks, ça t'affiche quand même super vite et ça relance pas des masses les conversations.
epanorthose: (Default)
Flûck ! Je me suis fait engrener par Engrenages !

Suite à un visionnage assez convaincant de Nicolas le Floch, je me suis dit qu'il était peut-être temps de laisser une chance aux séries françaises. Après tout, il ne peut pas y avoir qu'Astier qui sait écrire des séries dans le pays de Dumas et Ponson du Terrail.

Résultats, j'ai fait une commande test sur Amazon. Saisons 1 d'Engrenages et Braquo, des séries de Canal qui ne parlent pas de putes. Oui, y en a ! Par contre, évidemment, elles parlent de flics sur la tangente.

Commande reçue aujourd'hui. J'ai lancé le premier DVD d'Engrenages, histoire de voir. Six épisodes plus tard, j'y suis encore.

C'est très étrange de regarder des séries françaises quand on a un compas américain dans l'oeil. Tout y est différent. Le rythme, les rapports humains, les relations hommes/femmes, les dialogues, le montage, les physiques des acteurs, les décors, les valeurs, les moeurs. Je ne possède pas les codes. Tout m'étonne et m'interpèle. Je ne devine pas les répliques, je ne suis jamais certaine des réactions.

Et pourtant, malgré tout, il y a quelque chose de familier. Les auteurs et moi partageons une culture commune : nous avons été formés avec les mêmes auteurs, nous avons vu les mêmes films à la télévision, au cinéma. Les acteurs ont le physique des gens que je croise dans la rue, que je côtoie dans une file d'attente, sur un quai de métro. Les personnages ont des réactions ordinaires, sans artifices, sincères. On ne joue pas. On ne s'aime pas, on se le dit. On se plait, on passe la nuit ensemble. Et il y a le vouvoiement, si riche de sens.

Je finis par ne plus savoir quelle est ma nationalité télévisuelle. Mais il se pourrait bien qu'en fait, j'aime les séries françaises quand elles sont bien fichues.



[Edit] Déjà, ça me faisait glousser d'avoir dans Engrenages, la Dame du Lac (super impressionnante quand elle joue les avocates ambitieuses et talentueuses) et Semagus (Nicolas le Floch). Mais Lionel Astier qui apparaît dans le sixième épisode. Il faut que je mette sur pause et que j'édite mon entrée pour le signaler. Si Perceval ou Guenièvre pointent leurs nez, je fais une entrée rien que pour ça. Vous êtes prévenus !
epanorthose: (Ø: fandom collision)
Evie est la fille du Docteur !!


Et là, vous ne comprenez sûrement rien à cette phrase si vous n'avez pas en tête une sitcom de la fin des années 80 Loin de ce monde/Out of this world. (L'intro vous rappelera peut-être quelques souvenirs.)

Je résume.

Evie, le jour de ses treize ans, découvre qu'elle a le pouvoir d'arrêter le temps (quand le bout de ses index se touchent). Sa mère lui révèle alors que son père est un extra-terrestre. Mi-terrienne, mi-Antareusienne.

Antareusien d'Antareus le paternel, mon oeil !

"Mon oeil", parce que notre charmant géniteur - qui a la capacité de projeter ses pensées - a deux coeurs ! Et nous savons tous d'où viennent les types pourvus de deux coeurs et qui ont la fâcheuse manie de voler celui de quelques terriennes en manque d'aventure.
Pas d'Antareus. De Gallifrey !

Donc, je reviens à ma déclaration d'ouverture.

Evie est la fille du Docteur !


--
Pilot, première partie
Pilot, deuxième partie
Pilot, troisième partie.
epanorthose: (P: Cameron)
A tous les coups.

A tous les coups, je trouve le coupable. Je pourrais me la jouer grave, dire que j'ai un sixième sens, que je me glisse sous le crâne des scénaristes par le creux de leur oreille. Je ne mettrais jamais ça en revanche sur le compte de l'instinct féminin, parce que ça n'existe pas. Imparable.

Je pourrais, mais ça serait mentir. La vérité, c'est que j'ai un truc. Un truc imparable. Le coupable est toujours l'acteur un peu connu qui n'est là que pour un épisode. Bones, Castle, NCIS et probablement les autres. Castle surtout. C'en est baillant à la longue.

En parlant de procedurals, deux choses à dire.

1) Il faut regarder The Good Wife. C'est franchement bien. C'est un procedural, mais côté cour de justice.

2) J'ai redonné une chance à the Mentalist et y a rien à faire, j'accroche pas. Tout d'abord, je n'aime pas du tout les acteurs principaux. Deuxièmement, je ne vois pas ce que ce procedural apporte au genre déjà franchement surexploité. La série reprend un peu tout et n'importe quoi chez les fourmis ses voisines. Et c'est moins bien. Pourquoi regarder The Mentalist quand on peut regarder Psych et Castle ? Surtout que Nathan Fillon et James Rodey explosent sans se fouler le fadasse Simon Baker. En même temps, c'est vrai que ce n'est pas très loyal. Il n'est pas évident de s'élever au niveau de Fillon et Rodey. I ♥ them.

Sinon, ma midinetterie du moment est une british serie Material Girl. ♥

Profile

epanorthose: (Default)
epanorthose

March 2016

S M T W T F S
  12345
678 9101112
13141516171819
20212223242526
27 28293031  

Syndicate

RSS Atom

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 23rd, 2017 04:13 pm
Powered by Dreamwidth Studios