epanorthose: (Default)
Je ne suis pas encore en vacances, mais j'ai dit au revoir aux élèves. La semaine qui vient est une semaine de réunions. Ô joie. Ô bonheur. Le rythme s'est beaucoup ralenti, la pression retombe et mon corps lâche de tous les côtés. Toute la fatigue emmagasinée au long de l'année s'échappe de toutes parts. J'ai en permanence envie de dormir. Pour tout dire, je me réveille en étant fatiguée. C'est la chose la plus étrange et la plus désagréable qui soit. Chaque année, je fais face au même phénomène, mais là, je dois dire qu'il commence plus tôt.

Résultat de cette immense dépression énergétique, je regarde des films. Les promotions Fnac m'ont permise d'entasser un grand nombre de DVD. Généralement, j'achète des films que j'aime et que j'ai envie d'avoir en DVD, mais il m'arrive pour avoir la promotion (5 DVD pour le prix de 3) d'acheter des films que je ne connais pas et dont j'ai entendu parler. Des vieux films aussi.

Ainsi, hier, j'ai regardé Rango et La Rose pourpre du Caire. C'est en rangeant le second film dans sa boîte que j'ai pris conscience qu'il y avait comme un thème commun dans la sélection de la soirée. Pas fait exprès pourtant. Rango était assez sympa. Mais encore une fois, je suis restée bloquée sur le problème évident que suppose les univers avec des animaux anthropomorphisés. Pourquoi certains évoluent et d'autres pas ? Pour se déplacer, les personnages ont des cochons/sangliers. Outre que point de vue proportion, on n'y est pas du tout, pourquoi certains animaux ont gardé leur statut d'animaux (ils ne parlent pas, ne s'habillent pas, ne vivent pas dans des maisons) et d'autres se comportent comme des humains ? D'ailleurs, il me semble qu'à un moment on croise un sanglier anthropomorphisé. Pourquoi l'aigle qui fait fliper tout le monde se comporte comme un oiseau et pourquoi le serpent est un personnage parlant ? J'avais le même problème avec Bernard et Bianca au pays des kangourous avec le grand oiseau qui, de toute évidence, n'avait pas été aussi poussé dans l'anthropomorphisation. Mais sinon, Rango est un film assez cool. Je n'ai qu'un regret, qu'il n'ait pas réussi à avoir Clint Eastwood pour doubler le personnage de l'Esprit de l'Ouest. Ca aurait été vraiment cool.

Non. Mon réel grief est contre La Rose pourpre du Caire. Outre que c'est le film moderne le plus court que je n'ai jamais vu (1h18 !). Ce film est une grosse arnaque. Sur la jaquette, on t'écrit : "[...] Cette fable douce-amère, irrésistiblement drôle et d'une incroyable magie est un enchantement. Une réflexion lucide et tendre sur la vie, l'amour, l'illusion et l'espoir. Un film qui rend tout simplement heureux."

ARE THEY FUCKING KIDDING ME ??

Est-ce que les gens qui ont écrit ce texte ont vu le film ? "Irrésisitblement drôle" Mouais, si ils veulent. Disons qu'on sourit de temps en temps. J'ai surtout ri parce que j'ai reconnu Grand-Père Gilmore parmi les personnages du film dans le film. "Une réflexion tendre sur la vie et l'amour" ? C'te blague ! L'héroïne est mariée à un connard qui la bat, la trompe, dépense l'argent qu'elle gagne en jouant. Elle ne parvient pas à quitter réellement parce qu'elle a trop peur d'être seule. Vachement tendre la réflexion sur l'amour ! Pour fuir sa vie de merde, oui parce qu'en plus ça se passe pendant la grande Dépression, l'héroïne passe sa vie au cinéma et rêve de ces mondes idéaux et en noir et blanc. Elle se passionne pour la vie des acteurs qu'elle regarde jouer tous les soirs. Au point où un des personnages du film brisera le quatrième mur et sortira de l'écran pour lui déclarer sa flamme. Bordel-bordel. L'acteur débarque pour essayer de convaincre son personnage de retourner dans le monde fictif. Il tombe amoureux de l'héroïne à son tour. L'héroïne doit alors choisir entre un être parfait mais fictif et un acteur aussi réel que puisse être un acteur. Elle choisit l'acteur. Le personnage, désespéré retourne dans le monde fictif. Et l'acteur laisse tomber l'héroïne dont il s'était en réalité servi pour parvenir à ses fins. FIN. Ah oui ! Super tendre la réflexion ! Je cherche encore mon sourire ! Il a dû se perdre quelque part après les vingt premières minutes du film. Parce que le message en gros : la fiction n'est pas une échappatoire saine et satisfaisante, la réalité craint toutefois un max, alors oui, peut-être que la fiction et les fantasmes qu'elle génère, c'est un peu mieux. Mais juste un tout petit peu. Mais ça trompe quand même vachement sur les attentes qu'on est censé avoir sur la vie réeel. Qui craint. Un max.

Et le plan final du film, ça m'a fait un peu penser au plan final de Blue Jasmine. Film dont je ne saurai, probablement jamais, ce que j'en pense. A part que Cate Blanchett y est grandissime.

Sinon, j'ai passé tout le film à me demander à qui l'héroïne, jouée par Mia Farrow, me faisait penser. J'ai fini par trouver : Felicia Day !
epanorthose: (H: BAMF)
Ca commence par regarder Le Prince d'Egypte, ça s'enchaîne par écouter la comédie musicale des Dix commandements et ça finit par écouter celle de Roméo et Juliette. Et tout le long de cette chaîne, j'ai été capable de chant(onn)er avec les interprètes toutes les chansons. Ca doit bien faire cinq ans que je ne les ai pas écoutées, mais pas de souci, les paroles me reviennent immanquablement. Par contre, réciter "Le Corbeau et le renard" que je réapprends tous les ans, ça, je n'en suis pas capable.
epanorthose: (H: not pleased)
Saison 6, terminée.

Il ne me reste plus que la 7 et j'y vais un peu en traînant les pieds. La première fois, je ne l'ai pas regardée en entier car je n'aimais pas ce que les auteurs avaient fait subir au personnage de Christopher. Mais en revoyant les 6 preières saisons, j'avoue ne pas trop savoir sur quel pied danser avec Christopher. Ce personnage manque de consistance : d'un épisode à l'autre, il se comporte et tient des propos qui se contredisent. Il dit vouloir être dans la vie de Rory, il le fait, puis disparaît. Puis revient. Mais on apprend qu'il téléphonait en fait bien à Rory. Puis on en parle plus. Et quand on en reparle, c'est pour dire que Christopher n'est pas fiable et ne fait pas ce qu'il dit. C'est à se demander si le personnage n'est finalement pas du tout fiable ou si ce sont les auteurs.

C'est un peu le problème des séries à trop de personnages : ils débarquent dans la série, nouent des relations avec certaines personnages, tu t'y attaches, et puis ils disparaissent sans que plus jamais personne n'en reparle. Ce n'est pas qu'elle me manque, mais qu'est devenue Lulu ? Est-ce que Dean habite encore à Stars Hollow ? Travaille-t-il toujours chez Taylor ? Je ne me poserais pas ces questions si les scénaristes avient pris le temps de se pencher dix seconces, le temps d'un échange de répliques sur la question. Ca me fait penser à Ally McBeal ou les personnages étaient éjectés sans qu'on ne soit mis au courant. Sans que le sujet ne soit jamais traité. Je me souviens d'une sitcom très naze (Notre belle faille) qui avait bazardé au détour d'une saison un des gamins de la famille recomposée sans que jamais le sujet ne soit abordé. Un enfant avait disparu, n'apparaissait plus à l'écran, mais personne n'en parlait.
epanorthose: (H: BAMF)
Et il appelle Lorelai à l'aide. Après lui avoir dit "non".
epanorthose: (H: BAMF)
Je vais lui smasher la tronche !

Lorelai, après des épisodes à déprimer, à s'être fait remonter les bretelles par sa mère, à avoir affonter les questions avides de ses voisins, parvient enfin à demander à Luke de rencontrer April, de l'aider à préparer sa fête d'anniversaire, bref de partager ce nouveau pan de vie avec lui. Et qu'est-ce qu'il répond ? "Non." Non, paf dans ta tronche. Non, parce que si ma fille te rencontre, elle va t'aimer plus que moi et je ne le tolère pas. Non, parce que je suis un connard, maladivement jaloux. Non, parce que je suis un insensible égoïste, qui ne parviens pas à voir que ma fiancée est au bord de la dépression. Juste, non. Mais non dans ta gueule, connard !
epanorthose: (H: not pleased)
Warning : Je me déchaîne un peu contre Luke.

Gilmore Girls, saison 6.

La dispute est passée. J'ai survécu. Mais y a quand même quelques fois oùje n'étais pas loin de pleurer avec Lorelai. Pour Lorelai. La mauvaise foi des parents me sidère. Lorelai leur explique ce qui se passe entre Rory et la famille de Logan. Ils refusent de le croire. Ils finissent par découvrir la réalité. Ils trouvent le moyen de reprocher à Lorelai de ne pas leur avoir dit ce qui se passait.

Je n'aime pas Logan. Il utilise la même arme qu'Emily : il parle, parle, parle pour finalement amener les gens à se contredire. C'est un connard. Alors oui, lui aussi, sa famille craint. Mais c'est un connard. C'est Jess, version riche. Egoïste jusqu'au bout des ongles, persuadé qu'il est supérieur à tous les autres et de ce fait se sent autorisé à se comporter comme un connard. Jess, version riche, donc. (Et Marty est la version université de Dean.)

Mais la palme des connards revient à Luke. Il a trois tours d'avance sur tout le monde. Roi de la connardise. Connardise est son royaume et il y règne en maître. Et le pire, c'est que je suis persuadée que c'est le genre de type dont on dit et qui pense être "le nice guy". Celui qui fait ce qu'il doit faire, celui sur qui on peut compter, celui qui est là. Certes, mais c'est aussi celui qui fait des crises de jalousie qui n'ont pas lieu d'être, qui hurle et met tout le monde mal à l'aise parce qu'une petite information ne lui a pas été immédiatement révélé (Christopher a appelé) mais qui cache pendant deux mois un énorme secret parce qu'il a peur des répercussions que cela pourrait avoir sur sa relation (Il a une fille). Il part en week-end avec Lorelai et ne pense qu'à lui, au fait qu'il va être mal à l'aise, se plaignant sans cesse mais sans jamais se demander ce que ressent Lorelai. Il râle parce que Christopher apparaît dans la vie de sa fille (et de la mère par conséquent) mais il n' a aucun problème à imposer sa présence auprès d'April et de la mère de cette dernière. C'est un connard et un hypocrite.

Une autre que je me ferais bien : Sookie. Je vous jure, j'ai parfois envie de lui faire avaler son tablier. Lorsque Lorelai lui apprend que le mariage avec Luke est repoussé, à la demande de ce dernier, aussitôt Sookie bondit : elle reproche à Lorelai de maltraiter Luke, qui est parfait pour elle, qui a attendu patiemment qu'elle se remette de sa séparation avec Christopher, avec Max, avec etc. Alors pourquoi Lorelai fait ça à Luke ? Luke n'a pas attendu par bonté d'âme, il a attendu parce que c'est un trouillard. Lorelai ne doit rien à Luke pour avoir attendu 9 ans pour se déclarer ! Et puis quoi encore ? Quant au fait qu'ils sont parfaits ? Mais eh oh ! Faut sortir de ce fantasme de collégienne, là. Outre le fait que personne n'est parfait pour personne, Luke est loin de faire du bien à Lorelai. Surtout durant cette saison. Est-ce que Sookie se rend compte que Lorelai et Luke sont en fait ses poupées et qu'elle a sept ans et qu'elle joue dans sa chambre ?

Je ne pensais pas que c'était possible. Mais j'en suis arrivée à un point où je déteste Luke. Mais vraiment. Je veux lui exploser les rotules. C'est devenu physique, sa tronche pas rasée, ses éternelles chemises en flanelle, sa casquette à l'envers, j'en peux plus. Ce type s'est fossilisé dans sa connerie et j'ai envie de lui enfoncer mon piolet dans le crâne. Le fait qu'il ait la soeur et le beau-frère les plus pénibles au monde n'aide pas.

Le pire, c'est que je ne me souviens pas avoir réagi aussi violemment lors de mon premier visionnage. J'étais pas fan de la manière dont se déroulait la relation entre Luke et Lorelai, mais je n'éprouvais aucune envie de tatanner mon écran...

Dans l'idée de la fossilisation, je regrette également qu'Emily n'évolue pas. Sa relation avec Lorelai, ses manipulations, ses persiflages ne disparaissent pas. Six saisons, six années et ce personnage est écrit quasiment de la même manière. Richard quasiment pareil. Franchement, ça m'égratigne à chaque fois. Toujours au même endroit.

PS : Je n'en reviens pas que les scénaristes aient osé traîner Rory et Logan dans le RossRachelien "on the break". Shame on you.
epanorthose: (Default)
Final de la saison 4 de Gilmore Girls, Luke et Lorelai s'embrassent. J'ai trouvé Luke un peu connard dans cet épisode soit dit en passant. Sous prétexte qu'il a apporté des fleurs, il affirme que ses intentions sont claires et que Lorelai doit y répondre. Les sourires échangés et les regards sont des promesses et quand l'ex arrive, il l'engueule et affirme qu'elle le fait tourner en bourrique. J'appelle ça de la manipulation affective. Et je répète : connard.

Episode 501. Lorelai a plein de choses à gérer, outre le baiser avec Luke. En particulier, son différend avec sa fille. Sookie apprend qu'il y a eu baiser nocturne et saute dans les bras de Lorelai. Elle est tellement heureuse ! C'est tellement génial. Il faut un peu de temps à Lorelai pour comprendre de quoi parle Sookie. Et Sookie d'affirmer qu'ils sont faits l'un pour l'autre et que c'est fabuleux. Lorelai est encore dans une phase de digestion de l'information, elle ne sait pas encore quoi faire de ce baiser qui lui est tombé dessus de manière pas très saine (voir plus haut). Sookie est déjà en train de prévoir que Luke et Lorelai feront leur vie ensemble et qu'ils vont être super heureux et Lorelai de sourire de manière gênée.

Voilà exactement pourquoi je n'aime pas le Luke/Lorelai. C'est le couple que la ville a fabriqué et dont ils se sont entichés au mépris même des sentiments des deux intéressés. Ca fait quatre saisons qu'on lui dit que Luke est amoureux d'elle, qu'elle l'aime aussi, qu'ils sont faits pour être ensemble, quel choix a finalement Lorelai si ce n'est céder à cette pression insidieuse ? Vous me direz, Lorelai a un sacrément tempérament et sait dire "non" : elle s'est barrée de chez elle à seize ans. Mais la cinquième saison s'amorce et je trouve qu'au final, Lorelai cherche vraiment à arrondir sans cesse les angles. Elle met à longueur de temps ses sentiments en veilleuse pour que les choses se passent bien avec ses parents. Même quand elle est dans son bon droit, elle finit par s'excuser auprès de sa mère. Quand son père l'insulte, elle s'en va. Alors quand une ville qui les a accueillies, elle et sa fille, bras grands ouverts, je vois difficilement comment elle parviendrait à ne pas mettre encore une fois ses sentiments dans sa poche et ne chercherait pas à leur faire plaisir en adoptant l'attitude qu'ils attendent d'elle. Être avec Luke. Parce que c'est un type bien, qu'il prend soin d'elle, la nourrit, répare sa maison et qu'il veille sur Rory. Sérieux, pour moi, on oblige Lorelai à confondre reconnaissance et amour et je trouve ça glauque.
epanorthose: (H: you've been psyched !)
C'est marrant.

Je m'apprêtais à faire une entrée sur les tatouages. Et puis je me suis arrêtée. Perplexe. J'ai froncé les sourcils. Un chat est passé et j'ai dit "déjà vu". Je suis repartie en arrière, dans le temps, sur les tags de LJ et j'ai trouvé cette entrée. Et je disais exactement la même chose. Pareil. La même entrée en matière. Les mêmes écarts et questions. Tout pareil.

Marrant, hein ?

...

Enfin, peut-être pas tant que ça. Preuve en est que je n'avance pas vraiment sur le sujet. Et que j'ai une mauvaise mémoire.
epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
Je continue de marathoner Gilmore Girls. J'ai fini la saison 4. Quelques remarques en vrac :

- Je déteste Taylor. Vraiment. Je le déteste. Je veux lui faire avaler son toupet et ne plus jamais l'entendre.
- Mais je continue de bien aimer Kirk.

- Luke/Lorelai, je ne peux pas. Vraiment pas. Je n'y crois pas, je ne veux pas et j'ai envie de m'enfoncer les doigts dans les yeux chaque fois qu'un regard languissant et trop appuyé apparaît sur mon écran. Ils n'ont rien en commun. Une vie commune ne peut que les rendre malheureux. Luke est un ermite, asocial, misanthrope et grincheux. Lorelai est une jeune femme pétillante qui compense le manque d'amour familial en s'entourant d'amis, de couleurs et de rituels inutiles et pourtant essentiels. Expliquez-moi comment ça peut fonctionner ?
- Christopher/Lorelai, je milite à fond. Je ne suis pas spécialement fan des histoires d'amour de jeunesse qui deviennent le grand amour, mais ces deux-là ont véritablement des intérêts, des références et des goûts communs.

- Lorelai m'agace un peu. Je me suis surprise plus d'une fois à avancer ses babillages et logorrhée ininterrompues.
- Lorelai continue, cependant, d'être le personnage qui m'émeut le plus. Beaucoup de personnages ont le coeur un peu fragile et vivent des situations pas forcément très drôles (Lane !), mais il y a quelque chose chez Lorelai qui me déchire le coeur. Et me donne envie de gifler Emily. Cela me met hors de moi de voir Lorelai faire autant d'efforts pour des parents aussi insensibles, voire cruels. D'autant plus hors de moi qu'ils sont hyper compréhensifs, attentifs et indulgents envers Rory. Lorelai me fait pleurer d'empathie. Et ça ne m'arrive pas souvent.

- Jess est un con. Un con qui a des soucis, mais un con tout de même. De ce fait, je ne comprends pas pourquoi c'est le petit ami préféré du fandom. Dans le genre ado déchiré et profondément égoïste (mécanise de défense, je sais), il se pose là. Mais de ce fait, il est insupportable.
- Je suis partagée sur Dean (que j'appelle Baby Sam). C'est effectivement un premier petit ami quasi parfait, mais il a un côté un peu ultra possessif et passéiste qui me fait grimacer profondément.

- Je ne me souviens pas trop de Logan. Je sais juste que le fandom ne l'apprécie pas des masses. Je suis assez curieuse de le voir débarquer.
- A part Max Medina, j'avais oublié tous les petits amis suivants de Lorelai. Pfiout ! Effacés de ma mémoire. A la revoyure, Max est plutôt cool. Je ne sais pas trop pourquoi mais je ne gardais pas un très bon souvenir de lui. Probablement parce que la première fois, j'ai suivi la perche que me tendaient les auteurs et avait plutôt envie de shipper Lorelai avec Luke.

- Je rigole chaque fois que je vois un acteur que je connais pour une autre série ou un autre film. Genre, il y a Peeta qui fait une très brève apparition. Il ne dit qu'un mot ! C'est dire si l'apparition est brève. Sa fiche imdb ne dit rien de son apparition dans GG. Mais je suis sûre que c'est lui !
- Dans le genre je rigole bien avec les acteurs qui vont devenir plus connus pour ce qu'ils ont fait après : Sookie St James.
epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
Le week end n'a pas été fameux : une couille au boulot vendredi soir et le cerveau qui part en full speed. J'ai essayé de l'abrutir, de détourner son attention, mais rien n'y a fait. J'ai pourtant ressorti l'artillerie lourde : Gilmore girls.

J'ai pratiquement fini de revoir la saison 1. C'est dire si j'ai marathonné ! (Paraît qu'on dit "binge watching" maintenant)

Je me suis arrêtée quand Lorelai commence à se poser des questions sur ses sentiments pour Luke. Enfin, "se poser des questions" est une expression abusive, parce que clairement, tout le monde lui en pose des questions. Au point de lui faire perdre le nord. Pour ceux qui l'ignoreraient, si j'aime beaucoup les personnages séparément, je ne les apprécie pas beaucoup en tant que couple. Je ne trouva pas qu'ils s'accordent bien. Et j'ai surtout l'impression de voir un couple arrangé par tous les personnages de la série. Des personnages qui se seraient écriés : "Des célibataires ? Vire marions-les ! Marions-les !" Si vous voulez mettre quelqu'un avec Lorelai (ce que je n'encourage pas nécessairement), je préfère de très loin Chris. Mais ça, je ne l'ai pas pas déjà dit.

Je continue de trouver Rory absolument adorable et Emily à gifler. Je suis un peu moins sous le charme de Lorelai par contre. Et Baby!Sam qui s'appelle Dean continue encore de me faire rire. J'imagine que c'est un moment ou Papa Winchester a un relent de conscience et de sentiment paternel et tente de mettre en place une vie tranquille et normale pour ses fils.

Je remarque que ces dernières années, j'ai beaucoup de mal à me lancer dans de nouvelles séries et qu'au moment des vacances, au lieu de tenter de nouveaux titres, je me replie vers d'anciens que je marathonne. Serais-je déjà vieille ?
epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
Je délaisse un peu mon LJ en ce moment. Pour diverses raisons. J'ai écrit quelques entrées mais ne les ai jamaies postées. Pour diverses raisons.

Après un début d'année assez difficile, des bonnes nouvelles arrivent enfin autour de moi. Pour le moment, on a un ratio de 2/5 dans ma famille.

Les vacances se rapprochent trop doucement. On sait qu'elles ne sont plus si loin, on en parle, mais elles paraissent encore bien irréelles.

J'ai des tas de projets pour les vacances :
- trier/ranger mon appart. Je ne range pas au printemps, je range quand l'été arrive. Il va falloir que je fasse du tri dans ma bibliothèque, mes fringues, que j'essaye de mettre un semblant d'ordre dans ce bazar.
- retrouver un poids plus agréable à transporter. Ces trois dernières années ont été émotionnellement, psychologiquement et donc physiquement assez épuisantes et ma manière d'encaisser, c'est de manger. Forcément, la prise de poids a été conséquente. J'aimerais retrouver le poids d'il y a trois ans.- lire enfin les bouquins que je n'arrête pas d'acheter et que j'entasse dans ma bibliothèque. Je rêve de m'étendre au soleil et de lire jusqu'à ce que la nuit tombe. Je rêve de m'immerger dans de nouveaux mondes. Mon imagination en a besoin. Je suis arrivée au bout des univers que j'affectionnais.
- commencer de nouvelles séries. Cette année, je n'ai fait que vivre sur mes séries de l'année dernière. Il va falloir que j'en fasse entrer de nouvelles dans mon programme car Revenge vient de se terminer. Je pense essayer :
  • The 100

  • Orphan Black

  • Daredevil

  • Vikings

  • The Wire

  • House of cards (uk & us)

Bien sûr, il y a toujours cette liste de séries que je dois voir/reprendre :
  • The Good wife

  • Parks and recreation

  • Orange is the new black

  • The Killing (version originale et us)

  • Agents of SHIELD

Et puis il y a toutes les nouveautés dont je n'ai pas encore entendu parler...

En fait, j'ai envie de me trouver de nouvelles passions, de nouveaux intérêts. De nouveaux univers. De nouveaux sujets capables de m'enthousiasmer. Trois années dans ce bahut m'ont totalement asséchée. C'est peut-être pour ça que je me suis engraissée. A défaut de nourrir mon esprit, je nourris (surnourris) mon corps.
epanorthose: (H: BAMF)
C'te fatigue qui me tombe dessus à partir de 16h ! J'ai l'impression que je ne parviendrai jamais à récupérer.

Aujourd'hui, je suis allée voir Avengers 2 avec [livejournal.com profile] maius_intra. C'était fun. Et je n'en dirai pas plus.

Depuis que le trailer/teaser du prochain Star Wars est sorti, j'ai un peu du mal à retoucher terre. Je suis étonnée de me voir si impatiente de voir le film. Etonnée mais aussi contente. C'est un peu comme si tu entendais dans le brouillard la corne de brume pour t'indiquer le chemin vers la maison. Je ne suis pas hyper calée dans l'univers. J'ai vu les films. Les 6. Un bon nombre de fois, mais rien de particulièrement exceptionnel. Genre, je ne les connais pas par coeur. J'ai lu quelques bouquins mais je les ai trouvés pour la grande majorité très mauvais. Je ne me souviens jamais des noms des personnages ou des planètes. Genre, même le truc de la Force, je ne peux pas le ressortir comme ça. Midichlorien ?... Purée, c'est ça ! *woot woot* Mais vous me lâchez dans une convention de Star Wars et en moins de deux, je me fais traiter de fake geek girl. Pourtant j'aime vraiment cet univers.

Pour être plus exacte, j'aime cette saga familiale. J'aime les personnages. L'espace, les monstres, les sabres laser, c'est juste un bonus.

Bon, sinon, j'ai un "YEAH !" à pousser. Tron 3 est un vrai projet qui a été validé. *danse de la joie* Pour le coup, j'adore l'univers. Peut-être plus que les personnages. Faut dire que côté personnage, j'ai été un peu déçu par le héros du 2, mais l'univers... quelle beauté ! Dans Avengers 2, Natasha porte d'ailleurs un costume qui m'a fait un peu penser à Tron. J'ai fait une petite danse intérieure.


PS : Et sinon, rassurez-vous, dans les cinémas français, apparemment, ils ne diffusent pas la bande-annonce spoiler du prochain Terminator.
epanorthose: (H | :D)
Il va falloir que, d'ici peu, je me décide à nettoyer mon appart. C'est d'un crade ! Mais en attendant de sentir l'inspiration fleurir, j'écoute de la "teen pop". Par "teen pop", j'entends toutes les jeunes chanteuses (qui sont souvent passées chez Disney soit dit en passant). Je remarque que d'ailleurs elles ne sont plus très teen maintenant. Il n'empêche que j'aime toujours autant les écouter. Par exemple, alors que le monde entier s'en prend à Miley Cyrus, je continue d'apprécier un certain nombre de ses chansons. Bon. Elle passe par une phase Britney Spears. J'espère qu'elle parviendra à résister à la tempête un peu mieux que sa prédécesseuse. Un jour, il faudra que Disney se pose des questions (et y répondent) sur la façon qu'ils ont de manager leurs jeunes chanteuses.

En parlant de Miley Cyrus, j'aime beaucoup la couleur de RàL qu'elle a sortie avec MAC. En plus, l'intégralité des revenus sont reversés à la lutte contre le SIDA. Futile mais utile.

Depuis deux jours, je peste contre moi-même parce que j'ai eu la mauvaise idée de jeter une feuille qui contenait des idées pour on histoire perso. Je pensais avoir tout renoté dans un carnet, sauf que je n'ai fait qu'inscrire les noms des personnages sans indiquer les étapes intermédiaires qui m'avaient amenée à ces dénominations. Donc, dans mon joli carnet, j'ai une liste de noms mais je ne sais plus à qui ils renvoient, quelles sont leurs caractéristiques. Je ne sais pas non plus ce que les noms signifient. Moi qui garde habituellement tout. Dans le cellier de mes parents, il y a une boîte à chaussures (format bottes) où sont entassés tous les brouillons des Portes et du Secret.... C'est dire ! Et là, je jette ma feuille.

Après avoir retourné l'appart' pendant deux jours, il a fallu que je me rende à l'évidence : j'ai perdu/jeté cette feuille. J'ai donc pris mon carnet, mon lecteur MP3 chargé de teen pop et je suis allée au parc. Il m'a fallu un tour complet pour que les idées viennent. Je ne dirai pas "reviennent" car il a fallu que je fasse le deuil de ma première idée. Je ne m'en souviendrai pas, ça ne sert à rien de regretter. Alors on efface et on recommence. Me voilà Pénélope.

:D D: :|

Apr. 17th, 2015 10:26 pm
epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
1. Les vacances are back !

*danse de la joie*


2. Les Avengers are back ! La semaine prochaine, ils redébarquent sur les écrans. J'ai hâte de retrouver toute cette assemblée de héros. En particulier Captain America, Hawkeye et Thor qui sont mes trois préférés. Et puis les guests m'ont fait trépignée de joie.

So...

*danse de la joie*


3. Le teaser de la mort du prochain Star Wars est un peu partout sur YT. Damn ! Qu'est-ce que j'ai hâte d'être Noël ! Si je pouvais vous expliquer dans quel état j'étais hier... Je suis vraiment contente de retrouver les Avengers, je crève d'impatience de retourner dans une Galaxy far far way... de retrouver les Jedis, la Force et tout le bordel. Comment vous dire ? Imaginez qu'on nous annonce un tome 8 pour HP. Vous y êtes. Eh bien le film 7, c'est ça. C'est exactement ça. L'émotion de l'enfance en plus. (A votre avis, on va l'appeler comment cette trilogie ? La NNT ? La nouvelle nouvelle trilogie ? Ca fait un peu Doctor Who...)

Bref...

*danse de la joie*


Maintenant, les trucs qui craignent du boudin.

1. Interstellar. Définitivement, Nolan est un réalisateur dont je ne comprends pas le succès. Y a de l'idée, le visuel est percutant mais le scénario pèche quand même bien lourdement.

*soupe à la grimace*


2. Le trailer de Terminator 5. Putain, les cons ! Ils te balancent des infos spoilers hyper traumatiques, comme ça l'air de rien. Eh bien vas-y ! T'as qu'à carrément nous dire comment le film se finit. Ca ira plus vite !

*soupe à la grimace*


3. Grey's anatomy. Je vous préviens, si Derek meurt, je nierai avoir passé ces huit dernières années à avoir regardé cette série. Je l'effacerai de ma mémoire quitte à contruire une cinquième dimension planquée dans un trou noir.

*soupe à la grimace*


Pour finir, les trucs dont je n'ai rien à faire et qui a agité le net ces derniers jours :

1. Les épisodes leakés de Games of throne

So. do. not. care.


2. Le trailer de Batman vs Superman. Nolan, j'ai bien appris ma leçon et je ne me laisserai plus prendre au piège.

So. do. not. care.
epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
Deux marathons et une petite heure en solo d'écriture ce matin. J'avance très lentement le chapitre 4 des Orphelins.

Je suis sacrément rouillée. Non seulement pour placer mes mots mais aussi dans la connaissance de mon histoire. Je n'y ai pas touché depuis deux ans. Déjà que je ne suis pas très fortiche pour me souvenir des noms, là, autant vous dire que c'est le grand vide.

J'ai du mal à avancer parce que les chapitres des Orphelins jonglent beaucoup avec la temporalité. Ajoutons à cela que six points de vue se croisent. C'est le grand bazar ! Y a qu'à se pencher sur le début de ce chapitre 4. C'est l'exemple parfait de ce qui me cause des aigreurs d'estomac. La scène commence, les personnages sont en train de petit déjeuner. Je vais de table en table pour faire le point sur leurs pensées, leurs émotions. La difficulté, c'est que les personnages réagissent à ce qui s'est passé avant d'arriver à table. Et me voilà qui remonte le fil du temps pour expliquer le pourquoi du comment. Au chapitre 3, j'avais déjà joué avec la temporalité pour un résulat qui ne m'avait que moyennement satisfaite.

Si j'écris beaucoup de fois la même chose, j'essaye de ne pas le faire toujours de la même façon. J'ai bien conscience que j'ai des tics d'écriture, des expressions, des figures de style, un vocabulaire qui me vient plus facilement que d'autres. Ca m'ennuie, mais c'est aussi rassurant. Ce sont des points d'appui qui permettent d'avancer dans la narration. Mais pour ce qui est du genre d'histoire, de la manière de la raconter, j'essaye vraiment de ne pas faire pareil. Et c'est ça que je trouve intéressant. Et formateur.

Est-ce que c'est réussi ? Ca c'est une autre question. Ma réponse varie selon les jours. Pour le moment, la fic dont je suis la plus fière est probablement Suspects, mais le fait qu'il m'ait fallu sept ans pour en venir à bout joue probablement.

Pour en revenir à Orphelins, ce qui est vraiment difficile, c'est de retrouver les personnages. Au cours des deux dernières années, je les ai un peu perdus. J'ai quelques indices pour retrouver leur chemin. Des bouts de dialogues écrits, des étapes par lesquels ils doivent passer. Mais dans l'ensemble, leurs voix se sont tues. Je n'en perçois plus que des échos, vagues et déformés. Problème que je n'ai pas rencontré avec Résilience par exemple quand j'ai repris l'écriture de cette fic il y a quelques mois après un hiatus d'une longueur comparable.

L'idée est de profiter du Nano, puis des vacances pour terminer au moins un premier jet des quatre derniers chapitres de cette fic. Si je mets deux ans entre chaque chapitre, on n'est pas rendu. D'autant plus que ça me bouffe de la mémoire vive. Tant qu'il y a ces fics inachevées, j'ai du mal à me concentrer sur un projet perso. Il faut qu'elles cessent de me servir d'excuse pour ne pas avancer sur le terrain de l'original.
epanorthose: (H: you've been psyched !)
Journée étrange. Entre sommeil et veille. J'ai perdu le compte et je ne sais pas trop combien de temps j'ai dormi, combien de temps j'ai eu les yeux ouverts. J'aimerais dire que cela a suffit pour me reposer. On en est loin.
epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
Week end de trois jours. Bonheur.

J'essaye de sortir de l'hiver. Mais ce n'est pas évident. Première démarche : faire le camp nano.

Officiellement, je ne suis pas inscrite. Mais j'essaie de consacrer une heure de mon temps à écrire. Je rejoins pour cela mes Avengers préférées sur twitter. On s'encourage et on se soutient. On est un peu rouillée. Surtout moi. Pour ce camp, je dépoussière Les Orphelins. Ca me remet doucement dans le bain.

Il faudrait maintenant que j'arrive à bloquer du temps pour faire du sport. Je fais du yoga tous les samedis normalement, mais ma prof s'est fait un traumatisme cranien pendant les vacances. Je suis donc sans prof et je n'ai pas assez d'expérience pour faire des séances en autopilot. Je pourrais retourner courir, mais depuis que j'ai découvert que j'avais les pieds fragiles, j'ai un peu peur de m'y remettre. Surout que ma prise de poids ne doit pas être très bonne pour mon épine trucmuche. La piscine, il est hors de question : j'y suis allée une fois et ça a suffit pour me choper une verrue. Merci bien.

L'année s'étire en longueur et j'ai hâte qu'elle prenne fin. J'ai hâte que les beaux jours reviennent. Je désespère de voir le soleil briller toute la journée. D'avoir de nouveau chaud. De ne plus avoir besoin de prendre un pull et un manteau.

Ma dernière marotte est de regarder des documentaires en replay sur Arte et France 5. Super intéressant. Quant aux séries, je n'ai fait aucun essai depuis plus de trois ans. Je suis totalement à la masse point de vue nouveauté. Je me contente de regarder mes blondes badass préférées tenter de maintenir leur univers en place. Elles ont du mal les pauvres. Go Emily ! Go Emma ! Quant à Meredith, son univers a pas mal tremblé sur ses fondations mais finalement tout est revenu à l'équerre. Yeah ! for her.

Enfin

Mar. 10th, 2015 11:39 pm
epanorthose: (H | :D)
Les journées s'allongent, s'étendent, prennent leur temps avant de s'éteindre. Le soleil brille plus longtemps, plus fort. Enfin. Quand je pars le matin, il ne fait plus nuit, à peine gris. Quand je rentre, le ciel devient violet, il n'est plus noir. Enfin.
Dimanche, je suis allée me promener au parc. Impossible d'avancer à un rythme tranquille : des gens partout. Sur les pelouses, les bancs, dans les allées, sur les ponts. Le soleil pointe et tous les parisient sortent. C'est un phénomène encore plus impressionnant que l'éclosion de ces petites fleurs bleues des champs. J'ai tourné sur un petit chemin, de la musique sur les oreilles, le soleiil au-dessus de moi, des enfants qui couraient autour de moi, des berceaux, des familles, des amis. Enfin.
Je ne suis pas une fille de l'hiver. Je n'aime pas le froid. La griserie me grise le moral. L'obscurité me coupe toute perspective. Quand le printemps commence à poindre, je me prends à imaginer, à espérer, à planifier.
J'attends la chaleur maintenant. Je veux les vêtements légers. J'espère les couleurs. Je me languis des soirées douces où l'on discute autour d'un verre sans se rendre compte que le temps passe. Je désespère de sentir le printemps dans l'air, la sève qui monte, les fleurs qui éclosent, la nature qui fait la roue. Enfin.

I <3 Vargas

Mar. 7th, 2015 09:25 pm
epanorthose: (H: you've been psyched !)
Je poste une entrée pour ne pas finaliser ma commande sur MAC Cosmetics. J'ai repéré deux rouges à lèvres absolument magnifiques. Ils sont dispo sur le site, pas dans le magasin où j'achète habituellement mes produits MAC. J'ai, de plus, fait une razzia en RAL ce mois-ci et c'est censé être un mois diète. Je n'ai, de toute évidence, pas du tout intégré que c'était un mois diète car j'acumulte ces petits tubes colorés comme si c'était des cartes Panini ! Et j'en ai dépensé de la thune dans les cartes Panini quand j'étais môme. Vous n'imaginez pas ! Olive et Tom puis Les Chevaliers du Zodiaque ont bouffé tout mon argent de poche !

J'ai terminé de lire le dernier Vargas. Je l'ai lu en deux demi-journées. Et maintenant, je me sens un peu désoeuvrée. J'ai donc décidé de faire un truc que je ne fais quasiment jamais : relire des bouquins.
C'est vraiment rare que je relise un livre. Je crois que je peux les compter sur les doigts de deux mains les bouquins que j'ai relus. J'avais déjà repris cette relecture il y a quelques années, je reprends donc le fil. Je passe L'Homme à l'envers qui ne m'a pas laissé un très bon souvenir. Peut-être un jour. Et j'attaque celui qui m'a fait tomber dans le chaudron : Pars vite et reviens tard. Je suis assez étonnée par la densité de la langue, la dextérité du style. Ca bondit dans tout sens, ça s'élance avec fureur, prend son temps en l'air et retombe avec agilité. Pour repartir. Y a pas à dire, Vargas est un de mes auteurs préférés. Si ce n'est mon auteur préférée encore en activité.

Peut-être parce que ce sont les premiers romans que j'ai lus (aka Le Club des cinq et Fantômette), peut-être parce que mon arrière-grand-mère ne manquait jamais de nous faire regarder "un policier", toujours est-il que j'ai noué avec le genre policier/polar une relation de confiance. C'est le genre que je préfère, c'est le genre qui me permet toujours de renouer avec la lecture quand je l'ai délaissée trop longtemps, c'est le genre dans lequel je me sens le plus à l'aise. Même en ce qui concerne le cinéma, c'est mon genre préféré. Malheureusement, on produit assez peu de films policier. C'est pour ça que chaque année, je me débrouille pour avoir une série policière dans ma liste de visionnage. Quand j'étais petite, je voulais être détective privée. Dans le magazine de Mickey, ce que je préférais c'était les pages "Mickey détective". Je voulais être Sophie qui résout des crimes avec son livre/ordinateur et Fido.

Etrangeent, je n'ai jamais eu envie d'écrire le moindre polar. Bien sûr qu'il faut un peu de mystère, des masques à faire tomber, des intentions à révéler. Bien sûr. Mais le polar, le brut, je n'ai jamais eu l'intention d'en écrire un seul. Peut-être parce que ce sont peut-être les auteurs que j'admire finalement le plus. Ceux qui ont poussé au plus loin le concept d'intrigue.

Les auteurs se divisent souvent en plusieurs catégories : il y a les bâtisseurs de monde, les créateurs d'intrigue, les révélateurs de la nature humaine et les dentelières stylistiques. Fred Vargas a un pied dans les quatre catégories. Son poids pèse bien plus dans certaines que d'autres, mais ses pieds y sont bien tous plantés.
epanorthose: (H: BAMF)
J'ai un compte YT depuis... *regarde la date* ... depuis 2006. Whoa ! Le temps passe. Je l'ai créé à l'origine, je crois, pour poster des fanvids (à l'époque, j'appelais ça des AMV). Mais YT a changé au fur et à mesure sa politique sur le copyright, les droits d'auteur, donc j'ai retiré les quelques vidéos que j'y avais postées. Le monde n'a rien perdu, qu'on se rassure.

Le compte est resté. Vers 2008/2009, j'ai demandé à google de me trouver un tutoriel de maquillage. Il m'a pointé du doigt la chaîne d'une jeune-femme dont je ne me souviens que du prénom : Lauren. C'était très amateur comme vidéo, dans le sens où l'éclairage n'était pas toujours bon, mais c'était fait avec enthousiasme et passion. Cette YouTubeuse avait beaucoup d'abonnés, suffisamment pour attirer l'attention d'industriels. Elle a ainsi eu l'opportunité de créer ses propres produits de maquillage, à son nom. Je ne sais pas trop ce qu'elle est devenue car j'ai cessé de suivre sa chaîne.

A partir de là, j'ai découvert d'autres chaînes. Michel Phan, Elle et Blair, les deux soeurs dont on ne connaissait alors pas encore le nom de famille. Et d'allusions en adresses en barre d'info, qui a tourné plusieurs années tout autour des vidéos, je me suis abonnée à de nombreuse de YTeuses de la beautysphère anglophone. Il m'a fallu longtemps pour m'intéresser à ce que faisait la beautysphère française. Il faut dire qu'il lui a fallu un certain temps pour se réveiller et trouver son propre ton.

J'ai ajouté à mes abonnements, quelques chaînes de critiques/reviews de cinéma, de nouveautés technologiques et de jeux vidés. Je suis abonnée aussi à quelques webséries et, ce qu'en France on appelle abusivement, des podcasters. Autant dire que je ne connais pas grand chose de la communauté YTeuse américaine. Ainsi lors des épisodes de "Youtubers react" de la chaîne des frères Fine, je ne connais quasiment personne. Sauf les "beauty guru".

Ainsi, l'année dernière, lorsque les révéléations ont commencé à pleuvoir, je n'ai pas vraiment réagi. Aucun de ces noms ne me disaient rien. De quelles révélations je parle ?

Une jeune femme a dénoncé un YTer qui avait abusé sexuellement d'elle. D'autres témoignages ont commencé à remonter. D'autres noms ont été donnés. Et c'est un véritable réseau de sociopathes et de manipulateurs qui apparaît. Je dis réseau parce qu'ils se connaissent tous. Certains sont coloc'.

J'ai su par mon dash que ces révélations tombaient et ébranlaient la communauté YT américaine, mais ça se passait à la périphérie de ce que je connaissais. Les noms ne me disaient rien. Je ne regardais pas les chaînes de ces types et je n'allais pas m'y mettre maintenant. Hors de question que je clique pour faire augmenter leurs comptes de "vues" !

Et puis, hier, YT m'a suggéré une vidéo "Not your typically excuse video". J'ai cliqué. Et je suis tombée sur le témoignage assez court, pudique et pourtant fort d'une jeune femme qui expliquait pourquoi elle n'avait pas posté de vidéos pendant un an. J'ai écouté. Et puis j'ai suivi les liens de témoignages. Et hier soir, jusqu'à 2h 30 du matin, j'ai découvert une réalité sinistre, que je ne soupçonnais pas. Des comportements à donner envie de se pencher au-dessus de la cuvette des toilettes et vider le contenu de son estomac.

Un nom connu est finalement apparu dans la liste des YTeurs accusés. Je le connais parce que, justement, il est sorti avec une des "beauty gurus" américaines que je connaissais. Je me souviens qu'il était souvent dans les vidéos de la YTeuse et elle était invitée dans les siennes. C'est ainsi que j'ai découvert sa chaîne. J'ai suivi un temps leur chaîne de JV avant de me désabonner parce que c'était du name dropping de YT américains qui ne me parlait pas. Et puis le type a disparu des vidéos. Et la vie de la YTeuse a semblé changer de cap. Hier matin, je me souviens avoir regardé justement une de ses vidéos et m'être fait la remarque que le propos de ses vidéos avait changé. Ainsi, elle proposait une vidéo sur "less is more". Si vous suivez des vidéos de YTeurs de la beautysphère, vous devez savoir que ce n'est pas le propos le plus courant. Les YTers/bloggers de la "beautysphère" ont des tendances de collectionneurs. :) Et hier soir, je découvre les tendances sociopathes du type qui a partagé un temps sa vie. Glaçant.

Je sais que la blogosphère/YTsphère française du monde de la beauté s'engueule souvent, se prend le nez et se crèpe le chignon. Je ne sais jamais pourquoi parce que 1) ça ne m'intéresse pas, 2) je crois que ça se passe surtout sur facebook et je n'ai pas de facebook (pas vraiment). Mais c'est du drama de soap opera à côté de ce qui se passe du côté américain. J'ai dit "glaçant", ajoutez "gerbant".

source : Master post des témoignages et parfois réactions des accusés.

Profile

epanorthose: (Default)
epanorthose

March 2016

S M T W T F S
  12345
678 9101112
13141516171819
20212223242526
27 28293031  

Syndicate

RSS Atom

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Sep. 23rd, 2017 04:18 pm
Powered by Dreamwidth Studios