Jun. 28th, 2015

epanorthose: (Default)
Je ne suis pas encore en vacances, mais j'ai dit au revoir aux élèves. La semaine qui vient est une semaine de réunions. Ô joie. Ô bonheur. Le rythme s'est beaucoup ralenti, la pression retombe et mon corps lâche de tous les côtés. Toute la fatigue emmagasinée au long de l'année s'échappe de toutes parts. J'ai en permanence envie de dormir. Pour tout dire, je me réveille en étant fatiguée. C'est la chose la plus étrange et la plus désagréable qui soit. Chaque année, je fais face au même phénomène, mais là, je dois dire qu'il commence plus tôt.

Résultat de cette immense dépression énergétique, je regarde des films. Les promotions Fnac m'ont permise d'entasser un grand nombre de DVD. Généralement, j'achète des films que j'aime et que j'ai envie d'avoir en DVD, mais il m'arrive pour avoir la promotion (5 DVD pour le prix de 3) d'acheter des films que je ne connais pas et dont j'ai entendu parler. Des vieux films aussi.

Ainsi, hier, j'ai regardé Rango et La Rose pourpre du Caire. C'est en rangeant le second film dans sa boîte que j'ai pris conscience qu'il y avait comme un thème commun dans la sélection de la soirée. Pas fait exprès pourtant. Rango était assez sympa. Mais encore une fois, je suis restée bloquée sur le problème évident que suppose les univers avec des animaux anthropomorphisés. Pourquoi certains évoluent et d'autres pas ? Pour se déplacer, les personnages ont des cochons/sangliers. Outre que point de vue proportion, on n'y est pas du tout, pourquoi certains animaux ont gardé leur statut d'animaux (ils ne parlent pas, ne s'habillent pas, ne vivent pas dans des maisons) et d'autres se comportent comme des humains ? D'ailleurs, il me semble qu'à un moment on croise un sanglier anthropomorphisé. Pourquoi l'aigle qui fait fliper tout le monde se comporte comme un oiseau et pourquoi le serpent est un personnage parlant ? J'avais le même problème avec Bernard et Bianca au pays des kangourous avec le grand oiseau qui, de toute évidence, n'avait pas été aussi poussé dans l'anthropomorphisation. Mais sinon, Rango est un film assez cool. Je n'ai qu'un regret, qu'il n'ait pas réussi à avoir Clint Eastwood pour doubler le personnage de l'Esprit de l'Ouest. Ca aurait été vraiment cool.

Non. Mon réel grief est contre La Rose pourpre du Caire. Outre que c'est le film moderne le plus court que je n'ai jamais vu (1h18 !). Ce film est une grosse arnaque. Sur la jaquette, on t'écrit : "[...] Cette fable douce-amère, irrésistiblement drôle et d'une incroyable magie est un enchantement. Une réflexion lucide et tendre sur la vie, l'amour, l'illusion et l'espoir. Un film qui rend tout simplement heureux."

ARE THEY FUCKING KIDDING ME ??

Est-ce que les gens qui ont écrit ce texte ont vu le film ? "Irrésisitblement drôle" Mouais, si ils veulent. Disons qu'on sourit de temps en temps. J'ai surtout ri parce que j'ai reconnu Grand-Père Gilmore parmi les personnages du film dans le film. "Une réflexion tendre sur la vie et l'amour" ? C'te blague ! L'héroïne est mariée à un connard qui la bat, la trompe, dépense l'argent qu'elle gagne en jouant. Elle ne parvient pas à quitter réellement parce qu'elle a trop peur d'être seule. Vachement tendre la réflexion sur l'amour ! Pour fuir sa vie de merde, oui parce qu'en plus ça se passe pendant la grande Dépression, l'héroïne passe sa vie au cinéma et rêve de ces mondes idéaux et en noir et blanc. Elle se passionne pour la vie des acteurs qu'elle regarde jouer tous les soirs. Au point où un des personnages du film brisera le quatrième mur et sortira de l'écran pour lui déclarer sa flamme. Bordel-bordel. L'acteur débarque pour essayer de convaincre son personnage de retourner dans le monde fictif. Il tombe amoureux de l'héroïne à son tour. L'héroïne doit alors choisir entre un être parfait mais fictif et un acteur aussi réel que puisse être un acteur. Elle choisit l'acteur. Le personnage, désespéré retourne dans le monde fictif. Et l'acteur laisse tomber l'héroïne dont il s'était en réalité servi pour parvenir à ses fins. FIN. Ah oui ! Super tendre la réflexion ! Je cherche encore mon sourire ! Il a dû se perdre quelque part après les vingt premières minutes du film. Parce que le message en gros : la fiction n'est pas une échappatoire saine et satisfaisante, la réalité craint toutefois un max, alors oui, peut-être que la fiction et les fantasmes qu'elle génère, c'est un peu mieux. Mais juste un tout petit peu. Mais ça trompe quand même vachement sur les attentes qu'on est censé avoir sur la vie réeel. Qui craint. Un max.

Et le plan final du film, ça m'a fait un peu penser au plan final de Blue Jasmine. Film dont je ne saurai, probablement jamais, ce que j'en pense. A part que Cate Blanchett y est grandissime.

Sinon, j'ai passé tout le film à me demander à qui l'héroïne, jouée par Mia Farrow, me faisait penser. J'ai fini par trouver : Felicia Day !

Profile

epanorthose: (Default)
epanorthose

March 2016

S M T W T F S
  12345
678 9101112
13141516171819
20212223242526
27 28293031  

Page Summary

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 28th, 2017 06:37 am
Powered by Dreamwidth Studios