Apr. 5th, 2015

epanorthose: (Ø: vers l'infini et au-delà)
Deux marathons et une petite heure en solo d'écriture ce matin. J'avance très lentement le chapitre 4 des Orphelins.

Je suis sacrément rouillée. Non seulement pour placer mes mots mais aussi dans la connaissance de mon histoire. Je n'y ai pas touché depuis deux ans. Déjà que je ne suis pas très fortiche pour me souvenir des noms, là, autant vous dire que c'est le grand vide.

J'ai du mal à avancer parce que les chapitres des Orphelins jonglent beaucoup avec la temporalité. Ajoutons à cela que six points de vue se croisent. C'est le grand bazar ! Y a qu'à se pencher sur le début de ce chapitre 4. C'est l'exemple parfait de ce qui me cause des aigreurs d'estomac. La scène commence, les personnages sont en train de petit déjeuner. Je vais de table en table pour faire le point sur leurs pensées, leurs émotions. La difficulté, c'est que les personnages réagissent à ce qui s'est passé avant d'arriver à table. Et me voilà qui remonte le fil du temps pour expliquer le pourquoi du comment. Au chapitre 3, j'avais déjà joué avec la temporalité pour un résulat qui ne m'avait que moyennement satisfaite.

Si j'écris beaucoup de fois la même chose, j'essaye de ne pas le faire toujours de la même façon. J'ai bien conscience que j'ai des tics d'écriture, des expressions, des figures de style, un vocabulaire qui me vient plus facilement que d'autres. Ca m'ennuie, mais c'est aussi rassurant. Ce sont des points d'appui qui permettent d'avancer dans la narration. Mais pour ce qui est du genre d'histoire, de la manière de la raconter, j'essaye vraiment de ne pas faire pareil. Et c'est ça que je trouve intéressant. Et formateur.

Est-ce que c'est réussi ? Ca c'est une autre question. Ma réponse varie selon les jours. Pour le moment, la fic dont je suis la plus fière est probablement Suspects, mais le fait qu'il m'ait fallu sept ans pour en venir à bout joue probablement.

Pour en revenir à Orphelins, ce qui est vraiment difficile, c'est de retrouver les personnages. Au cours des deux dernières années, je les ai un peu perdus. J'ai quelques indices pour retrouver leur chemin. Des bouts de dialogues écrits, des étapes par lesquels ils doivent passer. Mais dans l'ensemble, leurs voix se sont tues. Je n'en perçois plus que des échos, vagues et déformés. Problème que je n'ai pas rencontré avec Résilience par exemple quand j'ai repris l'écriture de cette fic il y a quelques mois après un hiatus d'une longueur comparable.

L'idée est de profiter du Nano, puis des vacances pour terminer au moins un premier jet des quatre derniers chapitres de cette fic. Si je mets deux ans entre chaque chapitre, on n'est pas rendu. D'autant plus que ça me bouffe de la mémoire vive. Tant qu'il y a ces fics inachevées, j'ai du mal à me concentrer sur un projet perso. Il faut qu'elles cessent de me servir d'excuse pour ne pas avancer sur le terrain de l'original.

Profile

epanorthose: (Default)
epanorthose

March 2016

S M T W T F S
  12345
678 9101112
13141516171819
20212223242526
27 28293031  

Page Summary

Style Credit

Expand Cut Tags

No cut tags
Page generated Jul. 28th, 2017 06:41 am
Powered by Dreamwidth Studios